"Un économiste est quelqu’un qui expose l’évidence en termes incompréhensibles" - Alfred KNOPFT

"On appelle progrès technique une capacité d’action de plus en plus efficace que l’homme acquiert par l’effort intellectuel sur les éléments matériels" - Jean FOURASTIE

"La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts " - Georges CLEMENCEAU

"La politique n'agit sur l'économie que si elle ne prétend pas le faire " - Jacques ATTALI

"Dans une crise, la seule chose prévisible, c’est l’incertitude qui suit " - Isabelle LUSCHEVICI

"La première panacée pour une nation mal dirigée est l’inflation monétaire, la seconde est la guerre. Les deux apportent prospérité temporaire et destruction indélébile. Les deux sont le refuge des opportunistes économiques et politiques" - Ernest HEMINGWAY

"Je crains le jour où la technologie dépassera nos relations humaines. Le monde aura une génération d'idiots " - Albert EINSTEIN

"La puissance productrice d’un pays peut s’accroître d’une façon plus que proportionnelle à l’augmentation du chiffre de sa population" - Alfred MARSHALL

"Il est aussi absurde de parler de démocratie ou d'efficacité économique dans une société communiste que d'évoquer un capitalisme sans argent" - Alexandre ZINOVIEV

"N'acceptez ni les vérités d'évidence, ni les illusions dangereuses" - Maurice ALLAIS

Citation Suivante

Analyses de l'économie

21/11/19 Comment faire une nation ?

Les mouvements régionalistes qui touchent l’Europe posent une question de fond : comment construire une nation et qu’est-ce qui fait que l’on s’attache à tel ou tel pays, tel ou tel peuple ? Deux écoles de géopolitique se sont affrontées sur ce sujet, l’allemande et la française, dont la question alsacienne en a été le paroxysme. Pour les Allemands, le peuple est uni par le sang, la langue, le territoire. C’est l’idée de Fichte dans ses Discours à la nation allemande, reprise par tous les penseurs, avec parfois des nuances. Bismarck, Guillaume II, les officiers de la Wehrmacht et les cadres nazis ont, sur ce sujet, la même vision du monde. D’où l’Anschluss, l’annexion des Sudètes et celle de l’Alsace ; tous les Allemands devant être unis dans un même pays. Pour l’école française, la nation est une adhésion volontaire à des idées. Cette notion est née de la Révolution française. Un Italien qui adhère aux idéaux de la Révolution est Français. Un Français qui rejette ces idéaux n’appartient plus à la communauté nationale. D’où l’affrontement entre Numa Fustel de Coulanges et Théodore Mommsen, tous deux grands historiens, lors de la discussion de l’annexion de l’Alsace. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

20/11/19 Universités, et si les étudiants payaient plus ?

Améliorer l'accès?

Le gouvernement a annoncé son plan pour l'entrée des étudiants à l'université. Pas de sélection, ni de prérequis strict, mais des mécanismes visant à éviter les tirages au sort dans les filières en tension et des cours supplémentaires pour les étudiants en difficulté. Le tout avec la promesse de quelques moyens supplémentaires, loin d'être suffisants pour faire face à la hausse des effectifs. Les universités françaises continueront pour l'essentiel de manquer de moyens et de fonctionner dans un état pitoyable.

On peut le déplorer mais c'est ainsi : il n'y a pas beaucoup d'appétit en France pour investir beaucoup plus d'argent public dans l'enseignement supérieur. Répéter sans arrêt qu'il faut dépenser plus pour les étudiants est vain et inutile : cela ne change rien. Les élites dirigeantes s'en sortent en mettant leurs enfants dans des filières protégées; Les étudiants qui passent par les mailles du filet s'en sortent tant bien que mal; quant à ceux qui sortent sans diplôme de l'université ou y perdent leur temps, cela fait longtemps qu'ils n'intéressent personne.

Le contribuable ne veut pas payer plus pour les universités; Les contributions des entreprises sont rares et posent rapidement des problèmes d'indépendance des chercheurs; Peut-on faire autrement? Par Alexandre Delaigue.

Lire la suite >

18/11/19 Les troubles digestifs de Rockefeller

Le célèbre self-made-man américain, qui a compté parmi les hommes les plus riches de son temps – s’il n’a pas été en fait le plus riche – ressentait une extrême anxiété dans la conduite de ses affaires, qui se concrétisait en des affections chroniques. En particulier, le fondateur de la dynastie industrielle souffrait de maux d’estomac qui excitaient l’imagination jalouse de la presse et de l’opinion. Par Romain Treffel.

John_D._Rockefeller_1885

Lire la suite >

15/11/19 Les deux laïcités

La laïcité « à la française » est un produit qui s’exporte mal et qu’il est difficile d’expliquer en dehors de nos frontières. J’en ai encore eu la preuve la semaine dernière où j’étais convié à un colloque à Rome, au centre Saint-Louis, à l’initiative de l’institut Acton. Il ne fut pas facile d’expliquer ce concept aux Italiens et aux Américains qui peuplaient essentiellement ce colloque. L’apéritif alla francese qui a suivi fut beaucoup plus explicite. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

14/11/19 La mafia Daech

Après une enquête de plusieurs années sur Daech, Clément Fayol et Benoît Faucon livrent un reportage sur les réseaux mafieux de cette organisation. C’est un vrai travail de journalisme d’investigation qui est réalisé dans cet ouvrage, Un cartel nommé Daech (2017). C’est-à-dire une enquête fondée sur des échanges et des rencontres avec des membres de l’organisation, sur des sources recoupées et vérifiées et sur des propos qui ne sont écrits que lorsqu’ils ont été vérifiés. Ce que montre l’ouvrage, c’est que Daech n’est pas uniquement un réseau terroriste, mais aussi un réseau mafieux, avec de nombreuses connexions dans le monde arabe et musulman. L’organisation fait beaucoup d’argent, ce qui lui permet de tenir et ce qui justifie aussi son maintien. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

13/11/19 Lien entre agriculture et développement

L'agriculture est le berceau de l'activité humaine. Apparue au Néolithique, 10 000 à 9 000 ans avant J.C., cette activité n'a cessé d'être au centre du développement depuis lors [1]. Aujourd'hui encore, si moins de 5 % de la population active des pays développés travaille dans l'agriculture, elle reste l'activité principale des individus dans les pays pauvres et en développement.

Les questions primordiales des économistes sont d'une part de savoir pourquoi les pays riches sont riches et les pays pauvres sont pauvres ? Et, d'autre part, comment permettre aux pays pauvres de croître pour rattraper les pays riches ? Ces questions sont bien sûr complexes et le but n'est pas ici de prétendre y répondre. Nous allons seulement tenter d'apporter un petit éclairage sur le rôle de l'agriculture dans le processus de développement.

Agriculture et Développement

Lire la suite >

12/11/19 35 ans d'économie mondiale en 20 secondes

L'animation suivante montre l'évolution de la part de chaque pays dans le PIB mondial entre 1980 et 2015, et ce faisant souligne ainsi un basculement progressif mais certain du monde des pays développés vers les pays en développement.



11/11/19 La cigarette américaine est la meilleure monnaie

L'inflation s'est généralisée pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui a fait dire à John Kenneth Galbraith dans L’Argent (1975) que la cigarette américaine s'est révélée la meilleure monnaie possible parce qu’elle empêche l'inflation. 

Cigarette monnaie

Lire la suite >

09/11/19 Friedrich HAYEK ou le probable impossible libéralisme

Friedrich HAYEK (1899-1992) est un économiste d'origine autrichienne et prix Nobel d'économie 1974. Il est largement méconnu du grand public alors même qu'il est un des penseurs du libéralisme économique les plus influents et les plus radicaux de son temps. Il est probablement un des économistes les plus éloignés des idéologies marxiste ou socialistes. En effet, il défend avec force de conviction les vertus du marché libre face aux effets pervers de la planification centralisée et à la main mise de l'Etat sur l'économie.

Le documentaire qui suit (malgré certains reproches possibles mais somme toute mineurs) est simple d'accès et ne nécessite pas de prérequis. Plus intéressant encore, il permet de mieux appréhender la pensée de Hayek sans caricature. Il met en perspective la pensée de F. Hayek en s'appuyant sur des évènements ou des périodes historiques majeurs : l'émergence des banques centrales, l'entre-deux guerres, la grande dépression, la seconde guerre mondiale, l'après-guerre, la libéralisation des marchés financiers, et enfin la crise globale actuelle. Le document présente également sa proposition la plus controversée, et probablement la plus révolutionnaire, à savoir en substance la disparition des banques centrales et la mise en concurrence de monnaies pouvant être émises par tout un chacun.

Sans statuer sur la pertinence ou non de la pensée de Hayek, le documentaire permet enfin de mettre en avant une des batailles intellectuelles les plus passionnantes et fondamentales de l'histoire humaine, à savoir celle qui oppose un monde "hayékien" (en référence à F.Hayek) au monde "keynésien" (en référence à l'économiste anglais John Maynard Keynes). Sans vouloir aller beaucoup plus en avant sur la question, il convient cependant de préciser que si le débat idéologique n'est toujours pas tranché entre ces deux visions (et qu'il ne pourra probablement jamais l'être), il n'en demeure pas moins qu'au regard de la situation actuelle, que les idées de John M. Keynes semblent d'ores et déjà avoir remporté une victoire probablement décisive auprès des dirigeants politiques et des populations, ne serait-ce que via ses propositions flattant le politique et étant beaucoup plus facilement acceptables par les populations.

 

07/11/19 Le Yémen : une guerre en siilence

Depuis 2014, la péninsule yéménite est le théâtre d’une guerre dont les causes sont complexes et où s’enchevêtrent des raisons religieuses et tribales. Ce conflit s’inscrit dans la longue histoire de la péninsule, qu’il revient de démêler pour mieux comprendre le conflit. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >