"Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur " - Paul VALERY

"On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment " - Cardinal de REITZ

"L'économie c'est la science du sordide, non de la pureté " - Alfred SAUVY

"Tout chômage quelconque a uniquement sa cause dans le fait que des changements dans les conditions de la demande ont lieu sans cesse, et que les résistances de frictions empêchent que l’ajustement des salaires appropriés ne s’effectue instantanément" - Arthur Cecil PIGOU

"Il serait un mauvais économiste celui qui ne serait qu’économiste" - Friedrich HAYEK

"Le budget est le squelette de l'État débarrassé de toute idéologie trompeuse" - Joseph SCHUMPETER

"L'épargne et l'accumulation de biens de capitaux qui en résulte sont au début de chaque tentative d'améliorer les conditions matérielles de l'homme; c'est le fondement de la civilisation humaine" - Ludwig Von MISES

"Je parle de l’esprit du commerce qui s’empare tôt ou tard de chaque nation et qui est incompatible avec la guerre" - Emmanuel KANT

"L'offre créée sa propre demande" - Jean-Baptiste SAY

"On attire l'ennemi par la perspective d'un avantage ; on l'écarte par la crainte d'un dommage. " - SUN TZU

Citation Suivante

Analyses de l'économie

19/03/21 Edward H. CHAMBERLIN : Théorie de la concurrence monopolistique

Né en 1899, Edward Hastings CHAMBERLIN est un économiste américain. Il obtint sa thèse en 1927 à l'université de Harvard aux Etats-Unis qu'il ne quittera plus jusqu'à sa retraite. Sa contribution principale aux sciences économiques a été publiée en 1933 sous le titre "The Theory of Monopolistic Competition" ("Théorie de la concurrence monopolistique"). Sa théorie a deux ambitions : expliquer le comportement individuel d'entreprises concurrentes quand des éléments de différenciation existent, et souligner la façon selon laquelle un équilibre de marché s'établit entre elles. 

Edward Hastings CHAMBERLIN

Lire la suite >

18/03/21 Echange imaginaire entre F. Hayek et la Pravda

Mais parce que, selon le sage Salomon, sapience [la sagesse issue de la connaissance] n'entre point en âme malivole [malveillante], et science sans conscience n'est que ruine de l'âme, il te convient servir, aimer et craindre Dieu et en lui mettre toutes tes pensées et tout ton espoir, et par foi, formée de charité, être à lui adjoint, afin que jamais n'en sois désemparé [séparé] par pêché. Aie suspects les abus du monde. Ne mets ton cœur à vanité, car cette vie est transitoire, mais la parole de Dieu demeure éternellement.

François Rabelais - Pantagruel – 1532.

Pravda

Lire la suite >

17/03/21 Echange d'un trombone contre une maison

Kyle MacDonald est un Canadien de 26 ans à qui il vient, en 2005, une idée folle : réussir à troquer le trombone rouge un peu abîmé qui se trouve devant lui, grâce à une série d’échanges successifs, contre une maison.

Trombone contre maison kyde macdonald

Lire la suite >

16/03/21 Des vignes et des hommes

« Les peuples méditerranéens commencèrent à sortir de la barbarie quand ils apprirent à cultiver l’olivier et la vigne » nous dit Thucydide dans sa Guerre du Péloponnèse. La vigne est née en Géorgie, sur les bords de la mer Noire, puis elle s’est diffusée dans le croissant fertile, en Grèce et à Rome. Elle a suivi les voyages des Européens et a conquis le monde avec eux : Amérique, Asie, Océanie, Le Cap, Polynésie. La vigne est la plante de la civilisation européenne, et le vin sa boisson. À travers elle, bien des analyses de géoculture peuvent être effectuées ; c’est-à-dire étudier à la fois l’implantation des hommes, leur pensée, leur mode de vie et leur support intellectuel. C’est en cela, notamment, que l’étude de la vigne est intéressante, car par elle on étudie aussi bien l’économie, la technique que la philosophie. Les paysages de vignes sont toujours superbes et toujours ils donnent à lire et à comprendre la pensée et la vie des hommes qui les ont édifiés. La région de Châteauneuf-du-Pape, avec ses galets roulés, est mythique, tout comme les restanques de Bandol, les vignes accrochées en Savoie ou celles qui sont arrimées sur les Pyrénées et qui plongent dans la Méditerranée, du côté de Banyuls et de Collioure. On se demande toujours comment des hommes ont pu ainsi mettre en valeur ces territoires, souvent hostiles, pauvres, arides. La vigne est le symbole du capitalisme : elle arrive à créer de la richesse financière, culturelle et humaine là où il y avait de la pauvreté.

Peut-être avez-vous vu la série de reportages « Des vignes et des hommes » diffusée sur Arte qui présente un certain nombre de vignobles à travers le monde. De cette série est née un beau livre, publié par Féret, l’éditeur du vin, où l’on retrouve à la fois les photos et les textes. Ces vignes nous disent beaucoup de l’histoire culturelle et humaine des pays. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

12/03/21 David Ricardo contre les machines

Considéré comme un des pères de l’économie libérale, David Ricardo (1772-1823) a exprimé une vue très inattendue concernant la question de la substitution des machines aux hommes lors de la Révolution industrielle : s'il condamne les luddites et est favorable au progrès, il scandalise ses contemporains en soutenant que la mécanisation a un effet nocif sur l’emploi à court terme. Par Romain Treffel.

D. Ricardo

Lire la suite >

11/03/21 David Hockney, le peintre et la géopolitique

Parmi les belles expositions parisiennes de l'automne 2017, on trouve celle que Beaubourg consacre au peintre anglais David Hockney. Né en 1937, il a migré en Californie dans les années 1960, époque où son œuvre a connu une véritable inflexion. Il vit désormais de nouveau dans le Yorkshire, comme en témoignent ses dernières créations. Le peintre a beaucoup à apprendre à la géopolitique. La reproduction des paysages, la confrontation dans un espace restreint (la toile) des rapports humains, la représentation d’une époque, rendent intelligibles des parcelles d’humanité qui échappent bien souvent aux chiffres et aux données. La peinture exprime une vérité que l’historien et le géopoliticien essayent de comprendre.

La dernière rétrospective parisienne sur David Hockney date de 1999. Cette année-là, Beaubourg avait présenté les toiles consacrées au grand canyon. Deux toiles du canyon se trouvent dans l’exposition actuelle, qui est une rétrospective de la vie picturale d’Hockney, pour ses 80 ans.

David Hockney se situe dans la grande tradition des peintres anglais du paysage, dont les plus célèbres sont John Constable et William Turner. Une peinture des paysages bien différente des peintres italiens et de l’école française, même si tous ces maîtres se connaissent et s’influencent. Le peintre le plus géopolitique est sûrement Vermeer, avec son Astronome et son Géographe, tous deux penchés sur un globe, l’un céleste l’autre terrestre. L’amoureux des cartes y trouve là matière à réflexion et à admiration, comme dans la longue galerie des cartes des musées du Vatican.

David Hockney

Par Jean-Baptiste Noé

Lire la suite >

10/03/21 Concours de circonstances pour le Nobel de Hayek

En 1974, deux économistes à l’âge identique (75 ans) mais aux points de vue fondamentalement opposés, l’autrichien Friedrich von Hayek et le suédois Gunnar Myrdal, ont dû partager le Prix Nobel d’économie.

Hayek Nobel

Lire la suite >

09/03/21 Conches-en-Ouche cette inconnue

Il est peu probable que vous connaissiez Conches-en-Ouche. Comme son nom l’indique, cette ville de 5 000 habitants est située en Normandie, dans le pays d’Ouche. Par le train, il faut une heure et demi pour rejoindre Paris et la gare Saint-Lazare. C’est la merveille de la géopolitique : New-York, Pékin, Venise, Londres, Berlin sont des villes géographiquement plus loin, mais culturellement plus proche. Il n’est pas rare de s’y être rendu. On peut s’y donner rendez-vous, on en partage des souvenirs communs. La mémoire et le vécue mettent en communs les rues de ces villes, les boutiques, les entreprises. Elles font partie de notre quotidien, même s’y on n’y a jamais été. Conches-en-Ouche, en revanche, est l’une de ces villes inconnues, bien que désormais très proche de la capitale. Rien n’empêche le cadre parisien, le matin, de ne pas monter dans son train pour La Défense ou pour Cergy mais de s’offrir une heure trente de voyage pour un dépaysement complet et de passer une journée dans le pays d’Ouche. Sur le trajet de cette ville, il pourra relire les pages que Jean de La Varende consacre à son pays : « Voici les grâces secrètes de cette contrée. Le petit fleuve s’accoude à gauche sur une forte colline chargée d’arbres, mais cerne, à droite, une haute et lente moquette qui s’exhausse vers le sud. L’eau l’entoure d’un trait pur et chantant. ». Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

08/03/21 Comprendre l'impôt grâce au bistro

La fiscalité sur le revenu est une notion relativement simple. Néanmoins, beaucoup de personnes ne comprennent en réalité pas sa mécanique. Le texte qui suit est issu de ce qui est visiblement une chaîne de messages électroniques. L'Economiste s'est borné à organiser les idées et à les adapter, sans travestir les propos d'un texte dont il n'est cependant pas capable d'indiquer la paternité.

Lire la suite >

05/03/21 Comment truquer un vote à la majorité ?

Dans cette vidéo, on explique que le vote peut conduire à des résultats qui ne correspondent pas aux préférences des électeurs. Le suffrage majoritaire à deux tours, par exemple, peut conduire à l'élection d'un dirigeant politique qui ne serait pas celui choisi dans un système proportionnel. C'est ce qu'on appelle le paradoxe de Condorcet : le système de scrutin majoritaire ne reflète pas les préférences des électeurs. Ce paradoxe de Condorcet est central dans la théorie des choix publics qui sera développée au XXème siècle, et a joué un rôle déterminant pour le théorème d'impossibilité de Kenneth Arrow, qui démontrait l'impossibilité pour la démocratie de représenter et d'agréger correctement les préférences sociales réelles des électeurs.