"L’économie se venge toujours" - Raymond BARRE

"L'inégalité est le résultat de la compétition entre technologies et éducation" - Jan TINBERGEN

"Les crises de demain sont souvent le refus des questions d’aujourd’hui " - Patrick LAGADEC

"Les hommes n'étant pas dotés des mêmes capacités, s'ils sont libres, ils ne sont pas égaux, et s'ils sont égaux, c'est qu'ils ne sont pas libres" - Alexandre SOLJENITSYNE

"Les gouvernements ont une vision très sommaire de l’économie. Si ça bouge, ajoute des taxes. Si ça bouge toujours, impose des lois. Si ça s’arrête de bouger, donne des subventions" - Ronald REAGAN

"A long terme nous serons tous morts" - John Maynard KEYNES

"L'étonnante tâche des sciences économiques est de démontrer aux hommes combien en réalité ils en savent peu sur ce qu'ils s'imaginent pouvoir modeler" - Friedrich HAYEK

"Qui parle sème ; qui écoute récolte " - PYTHAGORE

"Je parle de l’esprit du commerce qui s’empare tôt ou tard de chaque nation et qui est incompatible avec la guerre" - Emmanuel KANT

"On n’est jamais mieux gouverné que lorsqu’il n’y a pas de gouvernement" - Jean-Baptiste SAY

Citation Suivante

Des conflits militaires à la guerre économique

18 juin 2018

Bien qu'ancien, le concept de guerre économique devient progressivement une grille de lecture majeure d'appréhension des conflits internationaux. Auparavant, les désaccords territoriaux, politiques ou économiques, trouvaient leur dénouement dans la guerre militaire. Aujourd'hui, la guerre militaire n'est plus un instrument normal de gestion des conflits entre les grands Etats-nations. La géoéconomie vient ainsi compléter l'analyse géopolitique des rapports de force.
Plusieurs raisons expliquent l'évolution de la nature des conflits : du militaire vers l'économique. En effet, (1) les conflits armés sont devenus extrêmement coûteux, ce qui diminue leur intérêt, (2) avec les progrès technologiques (nucléaire, etc.), les conflits armés peuvent conduire à la destruction d'une partie non négligeable de l'humanité, voire sa totalité, et (3) dans une situation d'interdépendance économique accrue, l'intérêt national passe nécessairement par la prise en compte des effets transnationaux d'une action conflictuelle.
En d'autres termes, la volonté de pouvoir des Etats ne se traduit plus par des actions visant à étendre le territoire national, mais principalement par des actions cherchant à accroître sa puissance économique. Dans les faits, la guerre économique peut être multiforme et aller jusqu'à la perte volontaire de puissance économique à condition que le pays adverse subisse une perte économique supérieure, car dans ce cadre, sa puissance relative est améliorée.

Description

L'analyse porte tout d'abord sur (1) les différentes grilles de lectures théoriques et idéologiques liant l'économie et la guerre. Ensuite, (2) la présentation de plusieurs guerres économiques ayant jalonné les dernières décennies permet de catégoriser les trois différents types de conflits économiques existants. Enfin, (3) il convient de présenter et d'analyser les principales stratégies sous-tendues par le concept de guerre économique.

Contacter L'Economiste pour vous abonner