"Si la méchanceté des hommes est un argument contre la liberté, elle en est un plus fort encore contre la puissance. Car le despotisme n'est autre chose que la liberté d'un seul ou de quelques-uns contre tous" - Benjamin CONSTANT

"La récession c'est quand votre voisin perd son emploi; la dépression c'est quand vous perdez le vôtre" - Harry S. TRUMAN

"Les investissements d'aujourd'hui sont les profits de demain et les emplois d'après demain" - Helmut SCHMIDT

"Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur " - Paul VALERY

"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice." - MONTESQUIEU

"L’économie est fille de la sagesse et d’une raison éclairée : elle sait se refuser le superflu, pour se ménager le nécessaire " - Jean-Baptiste SAY

"Sous le capitalisme, les gens ont davantage de voitures. Sous le socialisme, les gens ont davantage de parkings " - Winston CHURCHILL

"La communication d’entreprise est une rare petite période heureuse entre deux communications de crise " - Thierry ORSONI

"Le plein-emploi ou même une situation voisine du plein-emploi est rare autant qu’éphémère" - John Maynard KEYNES

"Un peuple est pacifique aussi longtemps qu'il se croit assez riche et redouté pour installer sournoisement sa dictature économique" - Georges BERNANOS

Citation Suivante

Licenciement pour sensualité excessive

9 mars 2020

Superbe et plantureuse Italo-Portoricaine, Debralee Lorenzana porte plainte contre son employeur, Citibank, lui reprochant de l'avoir licenciée en août 2009 parce qu'elle était trop sexy !

Citibank licenciement sexy

 

Elle prétend avoir été victime de commentaires déplacés sur son apparence dès son arrivée en septembre 2008 au poste de conseillère financière. Très rapidement, ses deux supérieurs lui ont interdit les cols roulés et les jupes. Leur objectant que ses collègues féminines ne semblaient pas soumises à la même règle, elle s’est vu répliquer qu’elles « pouvaient bien porter ce qu’elles veulent, vu que leur absence de sensualité rend inoffensifs leurs choix vestimentaires, contrairement à vous [D. Lorenzana] dont le galbe ne doit pas être mis en évidence par une tenue à cet effet ». L’humiliation a continué, avance la plaignante, quand on lui a imposé de ne plus porter de talons sous le prétexte qu’ils « attiraient l’attention sur ses courbes d’une manière bouleversante et facilement distrayante pour ses collègues masculins ».

Après s’être plainte à plusieurs reprises de comportements sexistes à son égard, elle a été mutée dans une branche différente (et moins prometteuse en terme de carrière) de la banque, puis elle a reçu une série d’avertissements concernant ses performances, perçus par la jeune femme comme une vengeance de la direction. Une clause de son contrat stipulant que tout litige devait être tranché à l’amiable, sa requête a fini devant une commission d’arbitrage, où elle n’a obtenu aucune compensation financière. En effet, la jeune femme s’était déjà fait connaître pour sa sensualité excessivement provoquante. Dans un emploi précédent, elle avait amené un collègue masculin à lui exposer un diaporama artistique de photos de son pénis spécialement préparé pour elle. Elle avait aussi été aperçue dans une émission de téléréalité sur les implants mammaires, justifiant son opération de chirurgie par sa volonté d’augmenter son pouvoir de séduction sur les cadres masculins.

 

Citation

Romain Treffel, « Licenciement pour sensualité excessive », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 15/06/2016. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

Anecdotes