"Nous sommes des créatures qui nous affligeons des conséquences dont nous continuons à adorer les causes " - BOSSUET

"L’économie est fille de la sagesse et d’une raison éclairée : elle sait se refuser le superflu, pour se ménager le nécessaire " - Jean-Baptiste SAY

"Il ne peut y avoir de crise la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein " - Henry KISSINGER

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" - Milton FRIEDMAN

"J'ai déjà croisé le mensonge, le fieffé mensonge. Mais avec le ministère de l'économie, je découvre le stade ultime: la statistique" - Benjamin DISRAELI

"Les hommes n'étant pas dotés des mêmes capacités, s'ils sont libres, ils ne sont pas égaux, et s'ils sont égaux, c'est qu'ils ne sont pas libres" - Alexandre SOLJENITSYNE

"Le gouvernement ayant pris ainsi la place de la Providence, il est naturel que chacun l'invoque (...). Aussi rencontre-t-on un nombre immense de requêtes qui, se fondant toujours sur l'intérêt public, n'ont trait néanmoins qu'à de petits intérêts privés" - Alexis de TOCQUEVILLE

"L'humanité n'est pas sortie de l'âge de pierre parce qu'il n'y avait plus de pierres" - Ahmed Zaki YAMANI

"Il n'y a que deux possibilités, soit un système dirigé par la discipline impersonnelle du marché, soit un autre dirigé par la volonté de quelques individus; et ceux qui s'acharnent à détruire le 1er contribuent, sciemment ou inconsciemment, à créer le 2nd" - Friedrich HAYEK

"Les gouvernements ont une vision très sommaire de l’économie. Si ça bouge, ajoute des taxes. Si ça bouge toujours, impose des lois. Si ça s’arrête de bouger, donne des subventions" - Ronald REAGAN

Citation Suivante

Qu'est-ce que l'économie ?

La science économique se définit comme l’étude des mécanismes de production, de répartition, d’échange et de consommation des richesses.

Ce faisant, la science économique cherche à répondre à une question simple : comment satisfaire des besoins humains infinis dans un monde où les ressources sont par nature finies ?

Dans ce cadre, il est donc possible de dire que l’économie est la gestion de la rareté.

Pourquoi comprendre l'économie ?

Afin de savoir en quoi la compréhension de l’économie est importante il suffit d’avoir en tête le syllogisme suivant :

  • J’ai envie de comprendre le monde.
  • Qu’est-ce qui gouverne le monde ?
  • C’est l’argent.
  • L’argent c’est quoi ?
  • C’est l’économie.
  • Donc pour comprendre le monde il faut comprendre l’économie.

21/02/20 Égypte : le sphinx au pied d’argile

L’Égypte a toujours été un pivot stratégique du Moyen-Orient, de par sa situation géographique, entre le Maghreb et le Machrek, et sa profondeur historique. Ce pays riche des pharaons, d’Alexandre le Grand, des Ptolémée et des Pères de l’Église a longtemps été la région la plus riche et la plus développée de l’Empire romain. Le basculement de ce pays dans l’islamisme serait un grave danger pour l’ensemble de la Méditerranée et pour l’Europe. Le pire n’est jamais certain, mais la population est en train d’être imprégnée par l’idéologie islamiste dont les groupes sont financés par l’Arabie Saoudite. Surtout, l’Égypte a longtemps été le moteur intellectuel et politique du monde arabe, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

C’est en 642 qu’Alexandrie est prise par les Arabes. Sa population a ouvert les portes à l’envahisseur afin de se débarrasser de la tutelle de l’Empire byzantin. Un empire honni et dont la rivalité entre Byzance et Alexandrie a structuré l’histoire de la romanité orientale. Un envahisseur en a chassé un autre, sauf que le premier était lointain alors que le nouveau est proche. Chrétiens et musulmans cohabitent à peu près, les premiers représentant au moins 50% de la population jusqu’au XIIIsiècle. Ce que l’on appelle aujourd’hui les Coptes sont les héritiers des Égyptiens d’origine. Ils sont quasiment tous chrétiens, certains se rattachant à Rome, d’autres étant inclus dans des églises propres depuis la rupture du concile de Chalcédoine (451). Les Coptes sont aujourd’hui environ 15% de la population du pays.

Drapeau Egypte

Par Jean-Baptiste Noé

Lire la suite >

20/02/20 La soif d’empire de la Chine

En moins de quatre-vingts années, la Chine a suivi une progression que nul autre pays n’avait faite. En 1940, le pays est divisé et partagé entre les puissances européennes et le Japon et sa souveraineté politique est quasiment inexistante. Quatre-vingts ans plus tard, la Chine est une superpuissance politique, économique et diplomatique. Celle qui était autrefois un conglomérat de concessions est aujourd’hui un empire qui souhaite dominer ses anciens colonisateurs. Il est définitivement loin le temps de Tintin et du Lotus bleu. Dimanche et lundi derniers, est-ce la France qui a reçu la visite de la Chine, ou est-ce le vassal qui a accueilli la visite de courtoisie de son suzerain ? Le président Macron a-t-il parlé d’égal à égal avec Xi Jinping, ou bien comme l’intendant qui reçoit la visite du maître et qui fait le tour des possessions dont il a la gestion ?

Il y a encore dix ans, certains commentateurs expliquaient que la Chine était une puissance douce, qui visait la force économique, mais qui ne cherchait pas à établir un empire. Rien n’est plus faux. Depuis Thucydide, on sait très bien que la tentation impériale guette tous les États qui ont acquis une certaine puissance économique et financière, et que quasiment aucun n’a résisté à la tentation de déployer son empire. On sait aussi, comme Athènes qui a perdu la guerre du Péloponnèse, que l’empire finit par disparaître parce que les peuples colonisés se rebellent. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

19/02/20 Syrie : le grand fourvoiement


Huit ans après le début de son déclenchement, le conflit syrien est sur le point de se clore. La Syrie est désormais un pays ravagé, avec près de 350 000 morts et des millions de Syriens qui ont quitté le pays pour rejoindre l’Europe, le Liban ou la Turquie. À cela s’ajoutent les blessés, les amputés, les dégâts immenses des villes comme Alep, Mossoul, Palmyre et même Damas. Huit ans de guerre dont le peuple syrien fut le grand perdant et l’Europe, dont la France, le grand vaincu. La Syrie est le lieu du fourvoiement de l’Europe et de la politique otanienne, ayant contribué à déclencher cette guerre, à la faire durer, à s’y enliser et à finalement la perdre. L’historien et essayiste Roland Hureaux vient de publier une remarquable synthèse de cette guerre, La France et l’OTAN en Syrie. Le grand fourvoiement(éditions Bernard Giovanangeli) qui analyse l’action de l’Europe et l’aveuglement de l’OTAN dans ce conflit qui est un drame pour l’Europe. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

18/02/20 Les stratégies de rente relationnelle

La notion de rente relationnelle désigne l’idée selon laquelle ce sont les relations que l’entreprise entretient avec ses différentes parties prenantes qui permettent d’expliquer une situation de surperformance. 

17/02/20 Hayek et Pinochet

Friedrich Hayek a scandalisé l’opinion progressiste en déclarant à propos du régime de Pinochet : « Personnellement je préfère un dictateur libéral plutôt qu’un gouvernement démocratique manquant de libéralisme » (Entretien avec le quotidien chilien El Mercurio, 12 avril 1981).

Hayek et Pinochet

Lire la suite >