"Je parle de l’esprit du commerce qui s’empare tôt ou tard de chaque nation et qui est incompatible avec la guerre" - Emmanuel KANT

"Le changement du monde n’est pas seulement création, progrès, il est d’abord et toujours décomposition, crise " - Alain TOURAINE

"En France quand on raisonne économiquement on est soupçonné de conspirer socialement" - Auteur indéterminé

"Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur " - Paul VALERY

"Les communistes sont ceux qui ont lu Marx. Les anti-communistes sont ceux qui l'ont compris " - Ronald REAGAN

"Les crises de demain sont souvent le refus des questions d’aujourd’hui " - Patrick LAGADEC

"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" - Jean-Baptiste COLBERT

"Christophe Colomb fut le premier socialiste. Il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait, et ce aux frais du contribuable." - Winston CHURCHILL

"On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment " - Cardinal de REITZ

"Hélas! Qu'y a-t-il de certain dans ce monde, hormis la mort et l'impôt ?" - Benjamin FRANKLIN

Citation Suivante

Analyses de l'économie

17/12/18 Hayek et l'éducation nationale

L'article ci-dessous a été rédigé par Alexandre Delaigue.

Hayek & école

Lire la suite >

13/12/18 Le dernier entretien de Friedrich Von Hayek

L'échange question-réponse qui suit correspond au dernier entretien de l'économiste et prix Nobel d'économie 1974, Friedrich Von Hayek. L'entretien date de 1985, c'est-à-dire sept années avant le décès de F. Hayek en 1992. Alors âgé de 86 ans, il aborde des thèmes très différents allant de la situation de la France à la politique monétaire en passant par des considérations morales et théoriques, entre autres. Au-delà de l'intérêt que revêt en soit le fait que ce soit la dernière interview d'un des plus grands penseurs du XXème siècle, l'approche philosophique plus qu'économique des réponses de Hayek est particulièrement éclairante sur le "testament" que laisse cet homme à l'humanité. Il achève d'ailleurs cette interview sur la phrase suivante : " Si je peux laisser derrière moi une meilleure compréhension des choses, je pense que c’est la meilleure chose que je puisse faire ". Reprise depuis l'Institut Coppet.

FA Hayek

Lire la suite >

12/12/18 La Pologne ne connaît pas la crise

La Pologne est le seul pays de l'Union européenne (membre depuis 2004) à ne pas avoir connu de récession depuis 2008, même au plus fort de la crise globale.

Pologne crise

Lire la suite >

11/12/18 Le hasard derrière le succès cinématographique

La relation entre le coût d’un film et le revenu généré est hautement imprévisible comparée à celle d’autres types d’investissements. Telle est la conclusion de l’étude de l’économiste américain Arthur de Vany, publiée dans Hollywood Economics : How Extreme Uncertainty Shapes the Film Industry (2003). Le professeur de l’université de Californie y montre qu’une grande partie de ce que l’on attribue aux compétences n’est en réalité qu’une attribution a posteriori. Par Romain Treffel.

Cinéma

Lire la suite >

10/12/18 La Méditerranée, promesses et dangers

La Méditerranée est la mer des civilisations et des cultures ; elle est aujourd’hui la mer des dangers et des déstabilisations potentiels. Ces dangers sont le fruit de la stratification historique de la zone, qui produit aujourd’hui des chocs et des étincelles à venir. Il y a toujours beaucoup d’émotions à se baigner dans une mer qui a vu passer les Grecs et les Romains, les raids arabes et les Croisades, les Normands et les Anglais, l’expédition de Marc-Antoine et celle de Bonaparte. On n’en finirait pas d’écrire l’histoire de cette mer et c’est cette accumulation de strates historiques qui fait de ce lac romain un enjeu géopolitique majeur. Mais plusieurs défis et problèmes graves se profilent en Méditerranée qui vont accroître l’actualité des mois à venir.

Méditérranée

Par Jean-Baptiste Noé, IdL

Lire la suite >

07/12/18 Le marché de la réalité augmentée et virtuelle à l'horizon 2020

Petit à petit, la réalité augmentée et virtuelle fait son nid. Autrefois confinées aux salles immersives des grands groupes industriels, celle-ci est entrée dans une nouvelle ère, selon l’étude Xerfi France consacrée à ce marché. La preuve : les expérimentations de réalités immersives se multiplient. Et la liste des secteurs utilisateurs ne cesse de s’allonger entre l’aéronautique, l’automobile, le nucléaire, la logistique, le retail ou encore l’immobilier. Outre les grands groupes au savoir-faire reconnu, comme Immersion, plusieurs start-up, telles qu’Augment, sont à la manœuvre. Côté grand public, les ventes de casques immersifs commencent à décoller. De quoi ouvrir d’immenses opportunités aux éditeurs d’applications et aux développeurs de technologies matérielles.

06/12/18 Voltaire spéculateur

Contrairement à Rousseau et Diderot, Voltaire était riche. Ne pouvant vivre de sa plume, le plus célèbre des philosophes des lumières n’a pas renoncé pour autant à gagner l’argent de sa liberté. Voulant s’enrichir de toutes ses forces, il emploie des méthodes et il fréquente des personnages qu’il hait pour bâtir sa fortune. Ainsi, il multiplie les opérations légales mais douteuses, s’associe avec des affairistes qui, grâce à leurs connexions politiques, font de très gros profits sur le dos de l’Etat. Par Romain Treffel.

Voltaire

Lire la suite >

04/12/18 La "médiocrité" d'Adam Smith

Le père de l’économie libérale était paradoxalement un « personnage » sans éclat. Il incarne parfaitement le stéréotype du penseur solitaire et anti charismatique. La fragilité de sa constitution, sa prédisposition pour l’étude et son amour de la solitude ont eu pour effet d’alourdir les punitions gratuites du sort : la laideur, le bégaiement, la fadeur du tempérament. Par Romain Treffel.

Adam Smith

Lire la suite >

03/12/18 L’Allemagne face à son Destin

Commençons par rappeler l’un des grands classiques de la géopolitique.

Des guerres inexpiables ont toujours opposé le pays qui contrôlait la mer au pays qui gouvernait la terre. Pensons à Athènes contre Sparte, à la Grèce contre l’empire Perse, à Carthage contre Rome (Cartago delenda est…), à la Grande-Bretagne contre (dans l’ordre d’apparition) Philippe II d’Espagne, Louis XIV, Napoléon, Guillaume II, Hitler pour finir par les Etats-Unis contre l’Union Soviétique…

Depuis la seconde guerre mondiale, les USA contrôlent sans partage les mers du monde entier grâce à une marine dont la domination ne peut être mise en doute par quiconque tant elle est écrasante. Cette maitrise des mers s’est transformée en un « hégémon global » en raison de l’écroulement en 1990 de la puissance continentale qui les avait menacés depuis 1945, l’Union- Soviétique. De 1990 à l’arrivée au pouvoir de monsieur Xi, nul « challenger » ne se profilait à l’horizon et les gouvernements américains enivrés de leur toute puissance se mirent à vouloir dominer non seulement les mers, mais les terres, ce qui est autrement difficile.

Et ils sont en train d’échouer…

C’était d’autant plus prévisible qu’un nouveau pouvoir « terrestre » commence à émerger avec les capacités humaines, financières et techniques pour « dominer » au moins commercialement une grande partie des territoires émergés, et je veux parler bien sûr de la Chine.

Drapeau Allemagne

Par Charles Gave, IdL

Lire la suite >

30/11/18 Le marché de l’assurance vie

Selon la nouvelle étude Xerfi France, le marché de l’assurance vie restera porteur à moyen terme. L’attachement des Français à ce placement y est bien sûr pour beaucoup. Dans un contexte marqué par le vieillissement de la population, l’assurance vie est en effet privilégiée dans le cadre de l’épargne retraite. Un nouveau repli des cotisations d’assurance vie est pourtant attendu en 2018. La médiatisation des contraintes de la loi Sapin 2 et l’instauration de la flat tax affecteront en effet les versements des épargnants de façon temporaire. En réalité, la principale difficulté de la profession, c’est de rediriger les épargnants vers les unités de compte, autrement dit des supports plus risqués mais plus rémunérateurs. A tel point que certains réseaux avaient même donné pour consigne à leur réseau commercial de freiner, voire de stopper, la souscription de nouveaux contrats en euros.