"L'inflation est une taxation sans législation" - Milton FRIEDMAN

"Un économiste est quelqu'un qui voit fonctionner les choses en pratique et se demande si elles pourraient fonctionner en théorie" - Stephen M. GOLDFELD

"La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts " - Georges CLEMENCEAU

"Si vous m'avez compris c'est que je me suis mal exprimé" - Alan GREENSPAN

"Il n'y a que deux possibilités, soit un système dirigé par la discipline impersonnelle du marché, soit un autre dirigé par la volonté de quelques individus; et ceux qui s'acharnent à détruire le 1er contribuent, sciemment ou inconsciemment, à créer le 2nd" - Friedrich HAYEK

"Une démocratie peut se rétablir rapidement d'un désastre matériel ou économique, mais quand ses convictions morales faiblissent, il devient facile pour les démagogues et les charlatans de prêcher. Alors tyrannie et oppression passent à l'ordre du jour" - James William FULLBRIGH

"C'est en poussant à bout le mouvement économique que le prolétariat s'affranchira et deviendra l'humanité" - Jean JAURES

"J'ai déjà croisé le mensonge, le fieffé mensonge. Mais avec le ministère de l'économie, je découvre le stade ultime: la statistique" - Benjamin DISRAELI

"On taxe les riches car ils sont riches et on taxe les pauvres car ils sont nombreux " - blague de fiscaliste

"Lorsque circulent dans un pays deux monnaies dont l’une est considérée par le public comme bonne et l’autre mauvaise, la mauvaise chasse la bonne" - Sir Thomas GRESHAM

Citation Suivante

Echange d'un trombone contre une maison

17 mars 2021

Kyle MacDonald est un Canadien de 26 ans à qui il vient, en 2005, une idée folle : réussir à troquer le trombone rouge un peu abîmé qui se trouve devant lui, grâce à une série d’échanges successifs, contre une maison.

Trombone contre maison kyde macdonald

 

Il se donne un an pour parvenir à cet exploit. Comment s’y prend-il ? Il place des annonces sur le site Craigslist en espérant troquer son trombone contre un bien d’une valeur supérieure. Chaque échange donne lieu à un compte rendu sur son blog qui relate la rencontre avec l’autre partie. Le trombone est d’abord échangé contre un stylo en forme de poisson (à Vancouver), puis un bouton de porte sculpté (Seattle), ensuite un barbecue (Amherst, Massachussets) suivi d’un générateur électrique (San Clemente, Californie). Ce dernier est ensuite échangé contre une pompe à bière, puis une motoneige, une camionnette, un contrat avec une maison de disques pour enregistrer une maquette, un an de location gratuite à Phoenix, etc.

Au fur et à mesure, les médias se mettent à suivre ce pari fou, de telle sorte qu’une communauté de fans nait autour de Kyle. Le jeune homme profite de cette dynamique pour réaliser des échanges encore plus profitables, jusqu’à ce qui ressemble à une grossière erreur : une après-midi avec la star du hard rock Alice Cooper contre une boule à neige… Mais cette boule est troquée à un acteur collectionneur contre un rôle dans un film, lequel rôle est échangé contre une maison fraîchement rénovée (trois chambres, cuisine, salon, salle de bains) d’une valeur de 50 000 dollars dans la ville de Kipling, dans la province du Saskatchewan au Canada.

Cette expérience économique se veut riche de plusieurs enseignements. D’abord, Kyle revient à la source de ce qu’est le commerce : des rencontres humaines. Sur le plan théorique, de plus, son pari montre que la valeur d’un bien est relative : elle dépend des préférences du détenteur. La portée de son exploit doit cependant être fortement relativisée. En effet, la comptabilité des échanges réalisés ne prend pas en compte le coût des voyages nécessaires (le trombone a été échangé à 5 000 km…). Mais surtout, le résultat final n’aurait probablement pas été possible sans l’effet de notoriété produit par l’emballement des médias.

 

 

Citation

Romain Treffel, « Echange d'un trombone contre une maison », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 09/21/2016. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

Anecdote