"Bien entendu, tout pays est sous-développé en ce sens que, n’étant pas encore parvenu à épuiser ses possibilités virtuelles, il est capable de continuer à avancer dans la voie du progrès technique" - Paul SAMUELSON

"On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment " - Cardinal de REITZ

"Christophe Colomb fut le premier socialiste. Il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait, et ce aux frais du contribuable." - Winston CHURCHILL

"Vous ne pouvez pas taxer les gens quand ils gagnent de l'argent, quand ils en dépensent, et quand ils épargnent" - Maurice ALLAIS

"Un problème politique est un problème économique sans solution" - Georges ELGOZY

"Quand un économiste vous répond, on ne comprend plus ce qu’on lui avait demandé " - André GIDE

"Le socialisme est une philosophie de l'échec, le crédo de l'ignorance et l'évangile de l'envie " - Winston CHURCHILL

"Le budget est le squelette de l'État débarrassé de toute idéologie trompeuse" - Joseph SCHUMPETER

"Notre économie change jour après jour et, en ce sens, elle est toujours nouvelle" - Alan GREENSPAN

"Le rituel de l’échange est le rituel majeur de la neutralisation de la violence " - Jacques ATTALI

Citation Suivante

Qu'est-ce que l'économie ?

La science économique se définit comme l’étude des mécanismes de production, de répartition, d’échange et de consommation des richesses.

Ce faisant, la science économique cherche à répondre à une question simple : comment satisfaire des besoins humains infinis dans un monde où les ressources sont par nature finies ?

Dans ce cadre, il est donc possible de dire que l’économie est la gestion de la rareté.

Pourquoi comprendre l'économie ?

Afin de savoir en quoi la compréhension de l’économie est importante il suffit d’avoir en tête le syllogisme suivant :

  • J’ai envie de comprendre le monde.
  • Qu’est-ce qui gouverne le monde ?
  • C’est l’argent.
  • L’argent c’est quoi ?
  • C’est l’économie.
  • Donc pour comprendre le monde il faut comprendre l’économie.

07/12/18 Le marché de la réalité augmentée et virtuelle à l'horizon 2020

Petit à petit, la réalité augmentée et virtuelle fait son nid. Autrefois confinées aux salles immersives des grands groupes industriels, celle-ci est entrée dans une nouvelle ère, selon l’étude Xerfi France consacrée à ce marché. La preuve : les expérimentations de réalités immersives se multiplient. Et la liste des secteurs utilisateurs ne cesse de s’allonger entre l’aéronautique, l’automobile, le nucléaire, la logistique, le retail ou encore l’immobilier. Outre les grands groupes au savoir-faire reconnu, comme Immersion, plusieurs start-up, telles qu’Augment, sont à la manœuvre. Côté grand public, les ventes de casques immersifs commencent à décoller. De quoi ouvrir d’immenses opportunités aux éditeurs d’applications et aux développeurs de technologies matérielles.

06/12/18 Voltaire spéculateur

Contrairement à Rousseau et Diderot, Voltaire était riche. Ne pouvant vivre de sa plume, le plus célèbre des philosophes des lumières n’a pas renoncé pour autant à gagner l’argent de sa liberté. Voulant s’enrichir de toutes ses forces, il emploie des méthodes et il fréquente des personnages qu’il hait pour bâtir sa fortune. Ainsi, il multiplie les opérations légales mais douteuses, s’associe avec des affairistes qui, grâce à leurs connexions politiques, font de très gros profits sur le dos de l’Etat. Par Romain Treffel.

Voltaire

Lire la suite >

04/12/18 La "médiocrité" d'Adam Smith

Le père de l’économie libérale était paradoxalement un « personnage » sans éclat. Il incarne parfaitement le stéréotype du penseur solitaire et anti charismatique. La fragilité de sa constitution, sa prédisposition pour l’étude et son amour de la solitude ont eu pour effet d’alourdir les punitions gratuites du sort : la laideur, le bégaiement, la fadeur du tempérament. Par Romain Treffel.

Adam Smith

Lire la suite >

03/12/18 L’Allemagne face à son Destin

Commençons par rappeler l’un des grands classiques de la géopolitique.

Des guerres inexpiables ont toujours opposé le pays qui contrôlait la mer au pays qui gouvernait la terre. Pensons à Athènes contre Sparte, à la Grèce contre l’empire Perse, à Carthage contre Rome (Cartago delenda est…), à la Grande-Bretagne contre (dans l’ordre d’apparition) Philippe II d’Espagne, Louis XIV, Napoléon, Guillaume II, Hitler pour finir par les Etats-Unis contre l’Union Soviétique…

Depuis la seconde guerre mondiale, les USA contrôlent sans partage les mers du monde entier grâce à une marine dont la domination ne peut être mise en doute par quiconque tant elle est écrasante. Cette maitrise des mers s’est transformée en un « hégémon global » en raison de l’écroulement en 1990 de la puissance continentale qui les avait menacés depuis 1945, l’Union- Soviétique. De 1990 à l’arrivée au pouvoir de monsieur Xi, nul « challenger » ne se profilait à l’horizon et les gouvernements américains enivrés de leur toute puissance se mirent à vouloir dominer non seulement les mers, mais les terres, ce qui est autrement difficile.

Et ils sont en train d’échouer…

C’était d’autant plus prévisible qu’un nouveau pouvoir « terrestre » commence à émerger avec les capacités humaines, financières et techniques pour « dominer » au moins commercialement une grande partie des territoires émergés, et je veux parler bien sûr de la Chine.

Drapeau Allemagne

Par Charles Gave, IdL

Lire la suite >

30/11/18 Le marché de l’assurance vie

Selon la nouvelle étude Xerfi France, le marché de l’assurance vie restera porteur à moyen terme. L’attachement des Français à ce placement y est bien sûr pour beaucoup. Dans un contexte marqué par le vieillissement de la population, l’assurance vie est en effet privilégiée dans le cadre de l’épargne retraite. Un nouveau repli des cotisations d’assurance vie est pourtant attendu en 2018. La médiatisation des contraintes de la loi Sapin 2 et l’instauration de la flat tax affecteront en effet les versements des épargnants de façon temporaire. En réalité, la principale difficulté de la profession, c’est de rediriger les épargnants vers les unités de compte, autrement dit des supports plus risqués mais plus rémunérateurs. A tel point que certains réseaux avaient même donné pour consigne à leur réseau commercial de freiner, voire de stopper, la souscription de nouveaux contrats en euros.