"La confiance est une institution invisible qui régit le développement économique" - Kenneth ARROW

"Le plein-emploi ou même une situation voisine du plein-emploi est rare autant qu’éphémère" - John Maynard KEYNES

"La communication d’entreprise est une rare petite période heureuse entre deux communications de crise " - Thierry ORSONI

"Chaque génération se doit de payer ses propres dettes. Respecter ce principe éviterait bien des guerres à l'humanité" - Thomas JEFFERSON

"Un peuple est pacifique aussi longtemps qu'il se croit assez riche et redouté pour installer sournoisement sa dictature économique" - Georges BERNANOS

"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" - Jean-Baptiste COLBERT

"La propriété est un droit antérieur à la loi, puisque la loi n'aurait pour objet que de garantir la propriété" - Frédéric BASTIAT

"La protection douanière est notre voie, le libre-échange est notre but " - Friedrich LIST

"Il y a deux types de problèmes dans la vie : les problèmes politiques sont insolubles et les problèmes économiques sont incompréhensibles" - Alec DOUGLAS-HOME

"Vous ne pouvez pas taxer les gens quand ils gagnent de l'argent, quand ils en dépensent, et quand ils épargnent" - Maurice ALLAIS

Citation Suivante

Qu'est-ce que l'économie ?

La science économique se définit comme l’étude des mécanismes de production, de répartition, d’échange et de consommation des richesses.

Ce faisant, la science économique cherche à répondre à une question simple : comment satisfaire des besoins humains infinis dans un monde où les ressources sont par nature finies ?

Dans ce cadre, il est donc possible de dire que l’économie est la gestion de la rareté.

Pourquoi comprendre l'économie ?

Afin de savoir en quoi la compréhension de l’économie est importante il suffit d’avoir en tête le syllogisme suivant :

  • J’ai envie de comprendre le monde.
  • Qu’est-ce qui gouverne le monde ?
  • C’est l’argent.
  • L’argent c’est quoi ?
  • C’est l’économie.
  • Donc pour comprendre le monde il faut comprendre l’économie.

04/03/21 Comment le régime démocratique peut améliorer l'efficacité démocratique ?

La démocratie peut se définir comme un système politique dans lequel la souveraineté émane du peuple. Cependant, il ne suffit pas d’assimiler la démocratie à la simple instauration d’institutions démocratiques et à la pratique du vote, il faut davantage la concevoir en termes de « raisonnement public ». Par ce terme, on entend le droit qu’acquiert un individu pour s’exprimer et débattre publiquement, à toutes les échelles de la société. La liberté de la presse est également une composante essentielle d’une démocratie. Elle permet en effet un accès pour tous à l’information, une liberté d’expression et d’opposition.

Le rôle de l’éducation dans le processus de démocratisation d’un pays apparaît également essentiel. L’éducation contribue au capital humain du pays, ce qui permet un raisonnement public sur le bien-fondé d’une démocratie, et est également vecteur de croissance économique à travers le capital humain et la capacité à innover et entreprendre. Il semblerait qu’un pays plus éduqué soit davantage démocratique.

Cependant, la relation entre éducation et démocratie n’apparaît pas si évidente. Durant la guerre froide, malgré une population éduquée dans l’ex-URSS, ce bloc de pays n’est pas devenu une démocratie – du moins jusqu’à la chute de l’URSS (bien que ce point soit encore sujet à débats). Il semblerait donc que l’éducation soit tout à fait importante dans une démocratie, mais elle ne constituerait pas le facteur capital à l’avènement d’un régime démocratique. L’exemple du Botswana est tout à fait parlant. Acemoglu écrit, « la principale barrière à la démocratie n’est pas le faible niveau d’éducation mais les inégalités sociales et économiques qui créent des conflits ».

Démocratie économie

Lire la suite >

03/03/21 Comment faire une nation ?

Les mouvements régionalistes qui touchent l’Europe posent une question de fond : comment construire une nation et qu’est-ce qui fait que l’on s’attache à tel ou tel pays, tel ou tel peuple ? Deux écoles de géopolitique se sont affrontées sur ce sujet, l’allemande et la française, dont la question alsacienne en a été le paroxysme. Pour les Allemands, le peuple est uni par le sang, la langue, le territoire. C’est l’idée de Fichte dans ses Discours à la nation allemande, reprise par tous les penseurs, avec parfois des nuances. Bismarck, Guillaume II, les officiers de la Wehrmacht et les cadres nazis ont, sur ce sujet, la même vision du monde. D’où l’Anschluss, l’annexion des Sudètes et celle de l’Alsace ; tous les Allemands devant être unis dans un même pays. Pour l’école française, la nation est une adhésion volontaire à des idées. Cette notion est née de la Révolution française. Un Italien qui adhère aux idéaux de la Révolution est Français. Un Français qui rejette ces idéaux n’appartient plus à la communauté nationale. D’où l’affrontement entre Numa Fustel de Coulanges et Théodore Mommsen, tous deux grands historiens, lors de la discussion de l’annexion de l’Alsace. Par Jean-Baptiste Noé.

Lire la suite >

02/03/21 Comment éduquer vos enfants pour qu'ils prennent soin de vos vieux jours

Le texte qui suit est un extrait du discours prononcé par l'économiste Gary Becker à l'occasion de sa remise du Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel (prix Nobel d'économie), le 10 décembre 1992. G. Becker reçoit alors son prix grâce à son apport concernant l'élargissement de l'analyse économique à de nouveaux domaines relatifs aux comportements humains et aux relations humaines (théorie du capital humain). En substance, la thèse développée par G.Becker dans ce texte est que les parents sont incités, entre autres, à investir dans l'éducation de leurs enfants pour augmenter les chances de bénéficier, plus tard, d'un "retour sur investissement", c'est-à-dire d'une aide lorsqu'ils seront âgés. Mais n'étant jamais certains d'obtenir un tel retour, les parents inculquent en sus à leurs enfants les sentiments de culpabilité, de l'amour filial et de l'obligation envers leurs aïeuls.

G. Becker - enfants éducation

Lire la suite >

01/03/21 Comment améliorer l'enseignement de l'économie?

J'ai participé aux journées de l'économie à une table ronde consacrée à l'enseignement de l'économie. Vous pouvez voir la table ronde sur ce lien (vidéo). Voici par ailleurs un texte résumant quelques points sur le sujet, comme point de départ de la discussion.

Enseignement éco

Par Alexandre Delaigue

Lire la suite >

26/02/21 Chrétiens d’Orient : deux mille ans d’histoire

« Chrétiens d’Orient. Deux mille ans d’histoire » est l’une des heureuses expositions de cet automne à Paris. L’Institut du monde arabe qui l’organise et l’abrite a réalisé un accrochage d’excellente facture. Plus de 300 pièces sont exposées : des mosaïques, des vêtements, des objets liturgiques, le tout servi par des cartes, des frises chronologiques et des textes bien travaillés. Cette exposition est importante à plusieurs titres. D’une part parce que l’on parle beaucoup des chrétiens d’Orients depuis 2011, sans véritablement les connaître. Ensuite parce que nous commémorons le centième anniversaire des accords Sykes-Picot (1916) puis de la déclaration Balfour (1917) qui ont eu tous deux de grandes conséquences sur la région. Enfin parce qu’en dépit de sa proximité géographique, l’Orient nous est très éloigné sur le plan culturel. C’est certes un cliché de dire qu’il est compliqué et que nous avons des idées simples sur lui, mais c’est aussi une réalité.

Dans ce genre d’exposition, on pouvait craindre les poncifs larmoyants et les expressions de bien-pensance, il n’en est rien. Elle n’occulte pas les difficultés, les nombreux massacres commis et l’apport du christianisme à l’islam. C’est une exposition tout à fait fiable sur le plan historique.

Chrétiens d'orient

Par Jean-Baptiste Noé, IdL

Lire la suite >