"L'économie c'est la science du sordide, non de la pureté " - Alfred SAUVY

"L’inflation est toujours un phénomène monétaire" - Milton FRIEDMAN

"Beaucoup considère le chef d’entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu le voit comme le cheval tirant la charrue" - Winston CHURCHILL

"Dans une crise, la seule chose prévisible, c’est l’incertitude qui suit " - Isabelle LUSCHEVICI

"Bien entendu, tout pays est sous-développé en ce sens que, n’étant pas encore parvenu à épuiser ses possibilités virtuelles, il est capable de continuer à avancer dans la voie du progrès technique" - Paul SAMUELSON

"Le capitalisme constitue par nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait le devenir. Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme" - Joseph SCHUMPETER

"La productivité est la mesure du progrès technique" - Jean FOURASTIE

"Vous et moi venons par route ou par rail, mais les économistes voyagent en infrastructures " - Margareth THATCHER

"N'acceptez ni les vérités d'évidence, ni les illusions dangereuses" - Maurice ALLAIS

"Je crains le jour où la technologie dépassera nos relations humaines. Le monde aura une génération d'idiots " - Albert EINSTEIN

Citation Suivante

Keynes rate une épreuve d'économie, puis de mathématiques

18 juillet 2018

En 1906, John Maynard Keynes, étudiant alors âgé de 23 ans, passe les examens de l’Administration anglaise.

keynes rate épreuve

 

Les épreuves s’étirent impitoyablement pendant plus de trois semaines, laissant le jeune candidat dans un état de faiblesse extrême auquel il remédiera grâce à un voyage très reposant en Écosse, dans l’attente des résultats. Une fois connus, son père s’enthousiasme, compte tenu de l’impréparation de son fils, pour ce « merveilleux résultat » : Keynes est premier en sciences politiques, logique, psychologie et essai. Cependant, le classement excellent de Keynes (deuxième sur cent-quatre) ne lui permet pas d’obtenir le poste qu’il visait, celui du Trésor britannique, choisi par le premier candidat. Cette déception résulte surtout de l’échec (relatif) de Keynes en économie, où il termine neuvième – classement qui l’exaspère et qui lui inspire ce commentaire : « J’en savais évidemment beaucoup plus en économie que mes examinateurs ». La légende dit que cet échec explique le chapitre vengeur de la Théorie générale à l’encontre d’Arthur Pigou, son professeur à Cambridge, qui n’était autre que l’examinateur d’économie du concours !

Un autre résultat indigne Keynes : il est mieux noté en histoire anglaise qu’en mathématiques, alors qu’il s’agit de sa matière principale, dans laquelle il pense exceller. Il prépare d’ailleurs parallèlement un travail de recherche sur la théorie des probabilités pour appuyer sa candidature à un poste d’assistant au fameux King’s College de Cambridge. Deux ans plus tard, il dépose son travail avec une certaine assurance, les deux assesseurs de l’épreuve étant une vieille connaissance de la famille et un de ses anciens professeurs. Les examinateurs, qui procèdent à quinze votes, lui préfèrent pourtant deux autres candidats. Ses parents sont atteints par ce résultat, tout particulièrement son père, professeur d’économie à Cambridge, qui espérait voir son fils le rejoindre. Keynes sera finalement reçu comme assistant l’année suivante, mais en économie, grâce à l’appui de Marshall.

 

Citation

Romain Treffel, « Keynes rate une épreuve d'économie, puis de mathématiques », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 04/05/2016. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

Anecdotes