"En général, on parvient aux affaires par ce qu'on a de médiocre, et on y reste par ce que l'on a de supérieur" - François-René de CHATEAUBRIAND

"Les profits sont le sang vital du système économique, l’élixir magique sur lequel repose tout progrès. Mais le sang d’une personne peut être le cancer pour une autre " - Paul SAMUELSON

"La protection douanière est notre voie, le libre-échange est notre but " - Friedrich LIST

"A long terme nous serons tous morts" - John Maynard KEYNES

"L'argent public n'existe pas, il n'y a que l'argent des contribuables" - Margaret THATCHER

"Une démocratie peut se rétablir rapidement d'un désastre matériel ou économique, mais quand ses convictions morales faiblissent, il devient facile pour les démagogues et les charlatans de prêcher. Alors tyrannie et oppression passent à l'ordre du jour" - James William FULLBRIGH

"Mes clients sont libres de choisir la couleur de leur voiture à condition qu’ils la veuillent noire" - Henry FORD

"Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France " - Maximilien DE BETHUNES, Duc de Sully

"Il ne peut y avoir de crise la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein " - Henry KISSINGER

"Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées." - Winston CHURCHILL

Citation Suivante

Qu'est-ce que l'économie ?

La science économique se définit comme l’étude des mécanismes de production, de répartition, d’échange et de consommation des richesses.

Ce faisant, la science économique cherche à répondre à une question simple : comment satisfaire des besoins humains infinis dans un monde où les ressources sont par nature finies ?

Dans ce cadre, il est donc possible de dire que l’économie est la gestion de la rareté.

Pourquoi comprendre l'économie ?

Afin de savoir en quoi la compréhension de l’économie est importante il suffit d’avoir en tête le syllogisme suivant :

  • J’ai envie de comprendre le monde.
  • Qu’est-ce qui gouverne le monde ?
  • C’est l’argent.
  • L’argent c’est quoi ?
  • C’est l’économie.
  • Donc pour comprendre le monde il faut comprendre l’économie.

26/04/17 Sérendipité VS Zemblanité

Terme inventé par le romancier anglais du XVIIIe siècle Horace Walpole, la sérendipité désigne la capacité à découvrir sans chercher à découvrir. En économie, le concept sert à expliquer les innovations fortuites, qui sont en réalité extrêmement nombreuses. Par Romain Treffel.

Sérendipité

Lire la suite >

24/04/17 La politique commerciale dans un cadre mondialisé

La politique commerciale regroupe l'ensemble des mesures visant à agir sur la situation du commerce extérieur d'un pays, notamment par des actions sur les importations, les exportations et le taux de change. La situation du commerce extérieur renvoie quant à elle à la balance commerciale qui retrace les exportations apparaissant au crédit d'un pays, et les importations figurant au débit. La mondialisation et l'interconnexion induites des économies, ainsi que les négociations commerciales internationales modifient aussi les flux commerciaux. Dans ce cadre, deux visions principales s'opposent : le libre-échangisme et le protectionnisme.

Sur le long terme, la politique commerciale internationale se caractérise par une succession de phases de libre-échange impulsant une accélération du commerce mondial, et des phases davantage protectionnistes induisant un ralentissement des échanges mondiaux. De façon plus contemporaine, l'essoufflement des négociations commerciales multilatérales incite les nations à s'orienter vers des accords bilatéraux pour poursuivre la libéralisation des échanges, et ce parallèlement à des velléités protectionnistes de plus en plus affirmées et tangibles.

Après avoir présenté (1) les instruments traditionnels dont dispose un pays pour sa politique commerciale, le bulletin économique s'intéresse (2) au débat théorique portant sur les deux principales modèle de pensée en matière de politique commerciale, puis (3) il développe une lecture historique des politiques commerciales au niveau mondial, avant finalement de se focaliser sur (4) la situation globale contemporaine et (5) le développement des accords bilatéraux et la montée des protectionnismes au détriment du multilatéralisme traditionnel de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

Courbe en J

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

17/04/17 Le manque d'innovation : facteur clef de la stagnation économique

La crise économique actuelle dans les pays développés constitue en réalité une phase transitoire entre deux cycles : l'ancien qui se meurt et le nouveau qui se cherche. Le passage entre ces deux cycles marque un changement d'époque et l'incapacité de nombreuses économies développées à se réinventer et à s'adapter à la mondialisation et au basculement du monde vers les pays émergents. Toutefois, ce constat masque aussi une grande stagnation économique, bien plus profonde et préoccupante liée au manque de capacité d'innovations majeures, lesquelles entraineraient une nouvelle dynamique de création de richesses. Plusieurs éléments quantitatifs viennent effectivement accréditer cette idée. Parallèlement, d'autres aspects plus qualitatifs plaident en faveur d'un nouveau cycle d'innovation en gestation qui pourrait déboucher sur des avancées technologiques exponentielles dans les décennies à venir.

Le bulletin économique analyse d'une part, (1) les raisons du ralentissement des avancées technologiques ainsi que les implications en matière de stagnation économique et d'autre part, (2) plusieurs éléments basés sur des exemples pratiques laissant espérer qu'un nouveau cycle de croissance économique basé sur le progrès technique peut encore survenir dans les années à venir.

Innovation - Stagnation

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

14/04/17 La maîtrise des facteurs clés de succès

Le concept général de facteurs indispensables à maîtriser pour s’imposer sur un marché est apparu dans les années 1960 et 1970, notamment sous l’impulsion de Ron Daniel du cabinet McKinsey. Ce concept de facteurs clefs de succès a ensuite été largement complété par d’autres praticiens et chercheurs, notamment John Rockart, professeur au MIT, dans un article publié dans la Harvard Business Review en 1979.