"Le bon stratège contraint l'ennemi et ne se laisse pas contraindre" - Sun TZU

"Vous ne pouvez pas taxer les gens quand ils gagnent de l'argent, quand ils en dépensent, et quand ils épargnent" - Maurice ALLAIS

"Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France " - Maximilien DE BETHUNES, Duc de Sully

"C'est en poussant à bout le mouvement économique que le prolétariat s'affranchira et deviendra l'humanité" - Jean JAURES

"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" - Jean-Baptiste COLBERT

"N'acceptez ni les vérités d'évidence, ni les illusions dangereuses" - Maurice ALLAIS

"La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts " - Georges CLEMENCEAU

"Quand vous êtes capable, feignez l'incapacité. Quand vous êtes proche, feignez l'éloignement. Quand vous êtes loin feignez la proximité" - Sun TZU

"L’économie se venge toujours" - Raymond BARRE

"L’économie est fille de la sagesse et d’une raison éclairée : elle sait se refuser le superflu, pour se ménager le nécessaire " - Jean-Baptiste SAY

Citation Suivante

Analyses de l'économie

15/12/17 Les stratégies de rente relationnelle

La notion de rente relationnelle désigne l’idée selon laquelle ce sont les relations que l’entreprise entretient avec ses différentes parties prenantes qui permettent d’expliquer une situation de surperformance. 

13/12/17 Le quizz d'économie le plus difficile du monde

Le lien URL compris dans cette analyse renvoie à un quizz d'économie rapide comportant six questions, avec quatre niveaux successifs progressivement décroissants en fonction de la difficulté. En effet, le premier niveau est appelé "Prix Nobel", le deuxième "Patron du CAC40", le troisième "Etudiant" et le dernier "Collégien". Si la portée éducative ou révélatrice des compétences réelles en économie de ce quiz est limitée, il n'en demeure pas moins distrayant et une introduction ludique à la chose économique.

Pour faire le quiz, cliquez ici.

Quizz éco le plus dur du monde

 

 

11/12/17 La question du salaire "juste" et du salaire minimum

La notion de salaire "juste" est une préoccupation remontant à l'antiquité, mais dont la conception a évolué au cours du Moyen Âge et ce jusqu'à l'époque contemporaine. De nos jours, les inégalités de salaires sont moins bien tolérées que par le passé. Malgré des éléments économiques objectifs permettant de légitimer des différences de rémunérations parfois élevées, le contexte actuel de la crise globale rend parfois inaudibles par l'opinion les arguments économiques, accentuant ainsi les préoccupations de "justice" dans le débat public et politique.

Le salaire minimum est un outil de redistribution très largement utilisé dans le monde. En effet, 90% des pays ont un dispositif de ce type pouvant varier quant à ses modalités (généralisation uniforme sur l'ensemble du territoire, différences entre les secteurs d'activités ou entre les régions) et dans ses montants (élevés ou symboliques). La question du salaire minimum est ancienne, mais force est de constater qu'aucun consensus auprès des économistes n'a jamais émergé quant au bien-fondé de cette notion. Il existe toutefois une constante, à savoir que cet outil de redistribution comporte à la fois des avantages, mais également des coûts.

L'analyse portera tout d'abord sur (1) des éléments philosophiques et historiques fondant les considérations entourant le salaire "juste", avant ensuite (2) de décrypter les déterminants économiques contemporains du salaire, ainsi que (3) les considérations autour des limites supérieures et inférieures des salaires.

Dans un second temps, l'analyse s'attachera à (4) développer les critères de fixation du salaire minimum, ainsi que (5) les avantages et les inconvénients liés à l'existence d'un salaire minimum et à son évolution, avant enfin (6) de faire le lien avec la notion de revenu minimum et de pauvreté.

salaire

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

 

08/12/17 Pourquoi il faut se méfier du « bon sens »

A la fin des années 1940, le sociologue Paul Lazarsfeld a écrit un article dans lequel il synthétisait les résultats d’une étude menée par le ministère de la défense américain. L’étude portait sur plus de 600.000 soldats et un résultat avait particulièrement attiré son attention. Il indiquait que les soldats qui vivaient à la campagne s’étaient beaucoup mieux adaptés à la vie militaire que les soldats qui vivaient dans des villes.

06/12/17 Edward H. CHAMBERLIN : Théorie de la concurrence monopolistique

Né en 1899, Edward Hastings CHAMBERLIN est un économiste américain. Il obtint sa thèse en 1927 à l'université de Harvard aux Etats-Unis qu'il ne quittera plus jusqu'à sa retraite. Sa contribution principale aux sciences économiques a été publiée en 1933 sous le titre "The Theory of Monopolistic Competition" ("Théorie de la concurrence monopolistique"). Sa théorie a deux ambitions : expliquer le comportement individuel d'entreprises concurrentes quand des éléments de différenciation existent, et souligner la façon selon laquelle un équilibre de marché s'établit entre elles. 

Edward Hastings CHAMBERLIN

Lire la suite >

04/12/17 Le marché comme fondement du prix et de l'économie

Au sens économique, le marché désigne l'ensemble des mécanismes garantissant la rencontre d'une offre et d'une demande. Le but est d'aboutir à la détermination du prix auquel se réalisent les échanges (achats et ventes). Le prix issu du marché est une information à partir de laquelle les agents économiques (producteurs et consommateurs) peuvent déterminer leurs choix et faire évoluer leurs comportements. Ainsi, le prix a un rôle allocatif éminent en étant un élément essentiel dans le processus de répartition des biens et des services à la base de l'économie.

Le bulletin économique présentera (1) la notion d'économie de marché, ainsi que (2) la théorie du marché et (3) celle de la concurrence dite pure et parfaite. Ensuite, (4) les mécanismes de marché permettant la détermination d'un prix d'équilibre seront développés. Enfin, (5) l'analyse présentera les différentes conceptions du marché ainsi que ses lacunes.

Eco de marché

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

 

01/12/17 Comprendre les « systèmes concurrentiels »

La matrice des systèmes concurrentiels est un outil de diagnostic développé par le Boston Consulting Group au début des années 80. Elle invite l’entreprise à bien identifier les caractéristiques du jeu concurrentiel des marchés où elle opère pour en déduire les comportements stratégiques possibles.

29/11/17 Comment éduquer vos enfants pour qu'ils prennent soin de vos vieux jours

Le texte qui suit est un extrait du discours prononcé par l'économiste Gary Becker à l'occasion de sa remise du Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel (prix Nobel d'économie), le 10 décembre 1992. G. Becker reçoit alors son prix grâce à son apport concernant l'élargissement de l'analyse économique à de nouveaux domaines relatifs aux comportements humains et aux relations humaines (théorie du capital humain). En substance, la thèse développée par G.Becker dans ce texte est que les parents sont incités, entre autres, à investir dans l'éducation de leurs enfants pour augmenter les chances de bénéficier, plus tard, d'un "retour sur investissement", c'est-à-dire d'une aide lorsqu'ils seront âgés. Mais n'étant jamais certains d'obtenir un tel retour, les parents inculquent en sus à leurs enfants les sentiments de culpabilité, de l'amour filial et de l'obligation envers leurs aïeuls.

G. Becker - enfants éducation

Lire la suite >

27/11/17 De l'entreprise à la firme moderne

Le développement des économies occidentales, et maintenant émergentes, est largement fondé sur le capitalisme, qui lui-même est marqué par les mécanismes de marché. De même, l'entreprise dans sa forme moderne (la firme) est également intimement liée à ce développement économique. La firme, dont l'objectif est la recherche du profit, est une institution particulièrement complexe et multiforme. Dès lors, il convient d'essayer d'identifier ses caractéristiques et les différentes théories économiques qui gravitent autour de cette notion afin de comprendre sa nature. La vision dite contractuelle de la firme est encore aujourd'hui la vision dominante dans la théorie économique.

Malgré leurs avancées majeures, les théories contractuelles de la firme ignorent des aspects essentiels qui sont l'organisation de la production et la prise en considération des compétences. Dès lors, il convient de s'interroger sur ces aspects et de citer un économiste célèbre du XVIIIème siècle, Adam SMITH : « J'ai vu une petite manufacture qui n'employait que dix ouvriers. Quand ils se mettaient en train, ils venaient à bout de faire entre eux environ douze livres d'épingles par jour. Ainsi, ces dix ouvriers pouvaient faire entre eux plus de 48'000 épingles dans une journée ; donc, chaque ouvrier peut être considéré comme donnant dans sa journée 4'800 épingles. Mais s'ils avaient tous travaillé à part et indépendamment les uns des autres, chacun d'eux assurément n'eût pas fait 20 épingles, peut-être pas une seule, dans sa journée. »

Le bulletin économique présente tout d'abord (1) les notions d'entreprise et d'entrepreneur, (2) ainsi que les différentes théories économiques dominantes sur ce sujet, puis (3) il se concentre sur les aspects liés à la production et aux compétences des firmes. (4) Il apparaît alors que ces aspects mettent en exergue différentes évolutions par rapport à la théorie économique dominante et (5) que plusieurs considérations nouvelles émergent au regard de la période contemporaine.

entreprise firme

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

 

24/11/17 Le piège de la stratégie de la poule mouillée

Imaginez deux entreprises qui lancent au même moment, au même prix et auprès des mêmes clients deux technologies concurrentes mais incompatibles. C’est par exemple ce qui est arrivé avec la DCC de Philips et le MiniDisc de Sony, deux technologies d’enregistrement et de reproduction numérique du son. Par malchance, les premiers clients innovateurs s’équipent à 50/50 des deux technologies. De fait, lorsque cette clientèle initiale s’épuise et qu’on passe aux clients normaux, ceux-ci, incapables d’anticiper quelle technologie sera au bout du compte la plus répandue, préfèrent attendre qu’un vainqueur l’emporte. Brutalement, quelques semaines après le lancement, le marché s’effondre.