"Pour être valable toute théorie, quelle qu'elle soit, doit être confirmée, tant dans ses hypothèses que dans ses conséquences, par les données de l'observation" - Maurice ALLAIS

"Le gouvernement ayant pris ainsi la place de la Providence, il est naturel que chacun l'invoque (...). Aussi rencontre-t-on un nombre immense de requêtes qui, se fondant toujours sur l'intérêt public, n'ont trait néanmoins qu'à de petits intérêts privés" - Alexis de TOCQUEVILLE

"En période de mobilité économique, la souplesse est une condition vitale du plein emploi" - Alfred SAUVY

"Le plein-emploi ou même une situation voisine du plein-emploi est rare autant qu’éphémère" - John Maynard KEYNES

"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice." - MONTESQUIEU

"Un Economiste peut commettre deux erreurs, la première consiste à ne pas calculer et la seconde à croire en ce qu’il a calculé" - Michal KALECKI

"L'inflation est une taxation sans législation" - Milton FRIEDMAN

"La liberté n’est pas l’absence d’engagement, mais la capacité de choisir" - Paulo CUELHO

"En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal" - Nicolas MACHIAVEL

"Dans une crise, la seule chose prévisible, c’est l’incertitude qui suit " - Isabelle LUSCHEVICI

Citation Suivante

Des conflits militaires à la guerre économique

18 juin 2018

Bien qu'ancien, le concept de guerre économique devient progressivement une grille de lecture majeure d'appréhension des conflits internationaux. Auparavant, les désaccords territoriaux, politiques ou économiques, trouvaient leur dénouement dans la guerre militaire. Aujourd'hui, la guerre militaire n'est plus un instrument normal de gestion des conflits entre les grands Etats-nations. La géoéconomie vient ainsi compléter l'analyse géopolitique des rapports de force.
Plusieurs raisons expliquent l'évolution de la nature des conflits : du militaire vers l'économique. En effet, (1) les conflits armés sont devenus extrêmement coûteux, ce qui diminue leur intérêt, (2) avec les progrès technologiques (nucléaire, etc.), les conflits armés peuvent conduire à la destruction d'une partie non négligeable de l'humanité, voire sa totalité, et (3) dans une situation d'interdépendance économique accrue, l'intérêt national passe nécessairement par la prise en compte des effets transnationaux d'une action conflictuelle.
En d'autres termes, la volonté de pouvoir des Etats ne se traduit plus par des actions visant à étendre le territoire national, mais principalement par des actions cherchant à accroître sa puissance économique. Dans les faits, la guerre économique peut être multiforme et aller jusqu'à la perte volontaire de puissance économique à condition que le pays adverse subisse une perte économique supérieure, car dans ce cadre, sa puissance relative est améliorée.

Description

L'analyse porte tout d'abord sur (1) les différentes grilles de lectures théoriques et idéologiques liant l'économie et la guerre. Ensuite, (2) la présentation de plusieurs guerres économiques ayant jalonné les dernières décennies permet de catégoriser les trois différents types de conflits économiques existants. Enfin, (3) il convient de présenter et d'analyser les principales stratégies sous-tendues par le concept de guerre économique.

Contacter L'Economiste pour vous abonner