"L'impôt tue l'impôt" - Arthur LAFFER

"Il [cf. l'économiste] doit étudier le présent à la lumière du passé afin d'éclairer le futur" - John Maynard KEYNES

"Tout chômage quelconque a uniquement sa cause dans le fait que des changements dans les conditions de la demande ont lieu sans cesse, et que les résistances de frictions empêchent que l’ajustement des salaires appropriés ne s’effectue instantanément" - Arthur Cecil PIGOU

"L'économie c'est la science du sordide, non de la pureté " - Alfred SAUVY

"Je crains le jour où la technologie dépassera nos relations humaines. Le monde aura une génération d'idiots " - Albert EINSTEIN

"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" - Jean-Baptiste COLBERT

"La liberté n’est pas l’absence d’engagement, mais la capacité de choisir" - Paulo CUELHO

"En politique, ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai " - TALLEYRAND

"La guerre n'est que la simple continuation de la politique par d'autres moyens" - Carl VON CLAUSEWITZ

"Casser l’inflation se fait toujours au détriment de l’emploi" - Nicholas KALDOR

Citation Suivante

Proudhon banquier

1 février 2017

L’enfant terrible du socialisme français, Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865), est connu comme l’auteur du fameux slogan anarchiste « La propriété, c’est le vol ! » lancé dans son pamphlet Qu’est-ce que la propriété ?, ainsi que pour son opposition à Marx. Il est moins connu comme partisan fondateur du mutuellisme, une théorie économique qui prône un échange basé sur la confiance et l’égalité des deux parties, chacune cherchant le juste prix pour elle-même mais aussi pour l’autre. C’est dans le cadre de cette philosophie que l’essayiste décide de se faire banquier, en entendant profiter de la situation économique difficile de la deuxième République pour initier son idée révolutionnaire. Ainsi, le journal Le représentant du Peuple publie sous son nom le projet de constitution de la Banque d’échange. 

Proudhon banquier

 

Impatient, Proudhon souhaite multiplier rapidement les adhésions en faisant paraître une liste de personnalités ayant déjà adhéré au projet. Mais il ne s’est pas suffisamment assuré de la fermeté de ses soutiens, si bien que les démentis s’accumulent, ruinant ainsi la crédibilité du projet. Le philosophe marque le coup, affirmant avec regret que son « plan est trop beau pour les socialistes, trop simple pour les révolutionnaires ». Il ne perd néanmoins pas espoir, car son expérience de député lui confirme la nécessité de faire la révolution par le bas. La Banque du Peuple est enfin créée le 31 janvier 1849, et il en est le gérant. Enthousiasmé par son « bébé », il fait alors preuve d’un orgueil excessif : « Si je me suis trompé, la raison publique aura bientôt fait justice de mes théories : il ne me restera qu’à disparaître de l’arène révolutionnaire, après avoir demandé pardon à la société et à mes frères du trouble que j’aurai jeté dans leurs âmes […] ».

Après quelques semaines, cependant, les souscriptions ne sont pas à la hauteur des espérances. Proudhon annonce fièrement que quarante mille personnes ont souscrit au projet (principalement des artisans qui veulent éviter les usuriers), mais ce ne sont que des petits porteurs : seuls dix-huit mille francs sont réunis, alors que cinquante mille étaient nécessaire pour le seul démarrage de l’entreprise. Malgré l’ampleur de l’échec, le gérant réussit à sauver la face grâce à une condamnation à trois ans de prison pour des attaques émises contre le résident de la République. Son exil fictif ne lui permet plus d’assurer sa responsabilité jusqu’à la liquidation de la Banque du Peuple.

 

 

Citation

Romain Treffel, « Bernard Arnaud et Polytechnique », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 06/04/2016. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

Anecdotes