"L'épargne et l'accumulation de biens de capitaux qui en résulte sont au début de chaque tentative d'améliorer les conditions matérielles de l'homme; c'est le fondement de la civilisation humaine" - Ludwig Von MISES

"On attire l'ennemi par la perspective d'un avantage ; on l'écarte par la crainte d'un dommage. " - SUN TZU

"L'offre créée sa propre demande" - Jean-Baptiste SAY

"L'humanité n'est pas sortie de l'âge de pierre parce qu'il n'y avait plus de pierres" - Ahmed Zaki YAMANI

"Notre économie change jour après jour et, en ce sens, elle est toujours nouvelle" - Alan GREENSPAN

"Les communistes sont ceux qui ont lu Marx. Les anti-communistes sont ceux qui l'ont compris " - Ronald REAGAN

"Le problème avec la réduction des impôts sur le revenu c’est que ça stimule suffisamment l’économie pour que tout le monde rentre dans la tranche supérieure" - Harold COFFIN

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" - Milton FRIEDMAN

"L'économie c'est la science du sordide, non de la pureté " - Alfred SAUVY

"Le problème avec le socialisme, c'est que, tôt ou tard vous êtes à court de l'argent des autres" - Margaret THATCHER

Citation Suivante

Analyses de l'économie

26/03/18 L'Etat-nation et la gouvernance mondiale au sein de la mondialisation économique

La mondialisation de l'économie est un des phénomènes parmi les plus marquants de la fin du XXème siècle. Elle impacte profondément les systèmes économiques nationaux qui doivent s'adapter face à l'accélération et l'amplification d'un processus devenu maintenant irréversible.

Si la mondialisation n'est pas un fait nouveau au regard de la longue histoire du capitalisme, la période qui s'ouvre à partir des années 1970-80 conduit à une certaine déconnexion entre l'espace économique, de plus en plus unifié au niveau mondial, et l'espace politique qui reste encore largement l'apanage de l'Etat-nation. Dans ce cadre, la notion de gouvernance mondiale intervient comme un outil pour tenter de résoudre l'émergence de problématiques nouvelles qui ne peuvent véritablement être traitées au seul niveau mondial. Notons enfin que plusieurs thèses se confrontent quant aux bienfaits qu'il convient d'accorder ou non à la mondialisation.

Le bulletin économique présente et analyse (1) la notion d'Etat-nation et de mondialisation -ainsi que celle de globalisation- au travers de sa nature et de son histoire, pour ensuite (2) analyser cette notion de mondialisation au regard du cadre traditionnel de l'Etat-nation et des outils de gouvernance mondiale existants pour répondre aux problématiques nouvelles qui ne peuvent être traitées véritablement qu'au niveau mondial.

etat-nation

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

 

23/03/18 TVA collectée, TVA déductible : qui paye réellement ?

La Taxe à la Valeur Ajoutée nous concerne tous : dès qu’on achète un bien ou un service, on paie cet impôt sur la consommation. Pourquoi parle-t-on de taxe sur la valeur ajoutée ? Comment fonctionnent la TVA collectée et la TVA déductible ?



21/03/18 L'entreprise, la « boîte noire » de la théorie économique

  • La théorisation du fonctionnement de l'entreprise se scinde en deux époques : la théorie socle avec l'école néoclassique et les opposants du début du 20e siècle, puis la tentative de synthèse et le renouveau de la théorisation après les années 1970.
  • Il est paradoxal qu'avant le renouveau, la théorie ne soit pas toujours parvenue à définir clairement les frontières de l'entreprise et ses objectifs malgré sa place majeure dans le capitalisme.
  • De même, la théorie a longtemps cherché si l'objet d'étude devait être l'entreprise ou l'entrepreneur. Finalement pléthore de théories permettent aujourd'hui d'analyser l'entreprise comme un tout, avec des structures très mouvantes.
  • En réponse à ces manques théoriques, s'est développée depuis bientôt 50 ans une théorie plus moderne qui permet en partie de combler les difficultés posées par l'entreprise. C'est alors l'avènement des domaines tels : la théorie des firmes, la théorie des organisations et la finance d'entreprise.

Entreprise économie théorie

Lire la suite >

19/03/18 La transition des économies socialistes vers le capitalisme

Au-delà des effets géopolitiques et géoéconomiques issus de l'effondrement de l'ex-URSS entre 1989 et 1991, cet évènement majeur de l'Histoire contemporaine aura eu des implications économiques directes sur la Russie actuelle, mais aussi sur les régimes communistes d'Europe centrale et orientale, ainsi que sur des pays asiatiques tels que la Chine. Tous ces pays ont opéré des transitions originales les faisant passer, peu ou prou, de systèmes économiques socialistes vers des systèmes économiques capitalistes. Malgré des transitions relativement rapides, et in fine globalement positives, ces dernières se sont parfois révélées heurtées, voire douloureuses.

Le bulletin économique analyse les trois principales trajectoires empruntées par les économies socialistes vers le système économique capitaliste après l'effondrement du bloc soviétique, ainsi que les implications de ces transitions sur les pays concernés.

Du Socialisme au Capitalisme

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

16/03/18 Comment mesure-t-on le chômage ?

La courte vidéo ci-dessous présente les façons de calculer le chômage.



14/03/18 La FED n'est ni une Réserve, ni Fédérale, ni Américaine

La Réserve fédérale des États-Unis a été créée en 1913 en réaction à plusieurs crises bancaires, la plus récente étant la panique de 1907, où les banquiers privés ont dû engager leurs fonds propres pour réinjecter des liquidités sur le marché. Si la nouvelle institution est placée sous la direction du gouvernement, elle ne semble cependant pas être ce qu’indique sa dénomination. Voici quelques éléments qui, malgré la relative opacité qui entoure le fonctionnement de la banque centrale américaine, invitent à relativiser l’exactitude du titre de l’institution. 

FED

Lire la suite >

12/03/18 Le système économique socialiste

Au sens économique, un système est un ensemble d'éléments interdépendants concernant les relations entre la production, la répartition et la consommation des biens et des services. A ce titre, le système socialiste renvoie en substance à une économie au sein de laquelle les mécanismes de marché sont remplacés par une allocation administrée des ressources et où la propriété des moyens de production est collective. Dans ce cadre, le socialisme se construit par antithèse du capitalisme qui renvoie quant à lui à un système économique caractérisé par le droit de propriété et la détention des biens de production par des personnes physiques, une régulation qui passe par le marché grâce au mécanisme des prix, et enfin la recherche du profit.

Le bulletin économique analyse tout d'abord (1) la genèse des idées socialistes dans une optique historique, pour ensuite (2) souligner les liens entre le socialisme et le communisme, ainsi que (4) les critiques qui lui sont portées, et enfin (3) se focaliser sur le modèle soviétique.

Socialisme

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

07/03/18 Lien entre agriculture et développement

L'agriculture est le berceau de l'activité humaine. Apparue au Néolithique, 10 000 à 9 000 ans avant J.C., cette activité n'a cessé d'être au centre du développement depuis lors [1]. Aujourd'hui encore, si moins de 5 % de la population active des pays développés travaille dans l'agriculture, elle reste l'activité principale des individus dans les pays pauvres et en développement.

Les questions primordiales des économistes sont d'une part de savoir pourquoi les pays riches sont riches et les pays pauvres sont pauvres ? Et, d'autre part, comment permettre aux pays pauvres de croître pour rattraper les pays riches ? Ces questions sont bien sûr complexes et le but n'est pas ici de prétendre y répondre. Nous allons seulement tenter d'apporter un petit éclairage sur le rôle de l'agriculture dans le processus de développement.

Agriculture et Développement

Lire la suite >

05/03/18 De la naissance du capitalisme à son avènement mondial

Malgré des approches et des visions différentes, le système économique capitaliste renvoie à des éléments objectifs et consensuels. En effet, que le capitalisme soit critiqué ou loué, la sémantique utilisée diffère mais la réalité décrite demeure la même. Le processus d'émergence du capitalisme s'étale sur plusieurs siècles, depuis ses origines, anciennes voire antiques, jusqu'au XXIème siècle, en passant par son déclenchement "formel" à la fin du XVIIIème siècle grâce à la conjonction de plusieurs éléments favorables ayant abouti à la première révolution industrielle. Finalement, le XXème siècle et la chute du monde socialiste dans le sillage de celui du bloc soviétique vient marquer l'avènement mondial du capitalisme comme modèle dominant.

Le bulletin économique présente d'une part (1) les différentes approches du capitalisme, pour ensuite 'autre part (2) développer les différentes étapes de la dynamique capitaliste, depuis ses origines jusqu'à nos jours.

Capitalisme

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.

02/03/18 Théories et influence de l'économiste John Maynard KEYNES

La vidéo qui suit est un documentaire sur l'économiste britannique John Maynard Keynes. Au travers de ses idées, Keynes a été sans doute un des hommes et des économistes les plus importants du XXème siècle, et son influence perdure encore aujourd'hui. Il développe un courant de pensé appelé "keynésianisme" qui prône en substance le contrôle de l'économie par le gouvernement. Ses idées ont contribué à façonner le siècle dernier au travers du sauvetage de l'économie mondiale lors de la grande dépression, du financement des pays Alliés lors de la guerre contre les forces de l'Axe, et enfin au travers de l'architecture globale d'un nouvel ordre institutionnel mondial d'après-guerre.

Le documentaire développe progressivement les thèses de Keynes en s'appuyant notamment sur des exemples pratiques, historiques et des analyses d'experts, le tout mêlant images d'archives et d'actualités. Contrairement à l'idée parfois reçue et généralement véhiculée, Keynes n'était pas contre le système économique capitaliste. Au contraire, il le jugeait plutôt comme une idée brillante. Néanmoins, il estimait que le gouvernement avait le devoir d'intervenir dans l'écosystème économique, à fortiori en période de dégradation, même si cela impliquait de dépenser de l'argent qu'il ne détenait pas. Dans cette approche, le gouvernement doit d'une part, mettre en place une politique monétaire "accommodante" pour encourager les ménages à consommer et les entreprises à investir et d'autre part, utiliser parallèlement la politique budgétaire en augmentant les dépenses publiques. L'idée générale étant que ce mécanisme peut ainsi générer suffisamment d'emplois et de croissance économique pour permettre d'amener la prospérité et de rembourser les dettes qui ont été contractées pour initier cette politique économique expansionniste.

Malgré quelques réserves de L'Economiste quant à l'utilisation de certains concepts, références historiques et simplifications, il n'en demeure pas moins que ce documentaire reste très instructif et présente l'avantage d'être particulièrement simple d'accès et intelligible, même pour des non initiés à l'économie.

Enfin, notons que le documentaire présente bien le fait que le débat autour du keynésianisme est toujours d'actualité et que ces théories sont considérées par certain comme celles qui ont permis de sauver le capitalisme et d'installer un long cycle de croissance économique après-guerre. Cependant, il souligne moins le fait que d'autres estiment que la mise en application des théories de Keynes a semé les germes de problèmes beaucoup plus importants et insolubles à plus long terme. En effet, après des bénéfices rapides mais peu étendus dans le temps, les coûts et les effets négatifs de ces mesures expansionnistes s'inscrivent dans le temps long. Il y a un décalage temporel entre les gains potentiels et les coûts à assumer ; ce qui explique d'ailleurs souvent le succès de ces théories auprès des dirigeants politiques. Mais pour reprendre une phrase célèbre de J.M. Keynes lorsque cet aspect lui était opposé : "A long terme nous serons tous mort" ; ce qui souligne bien le fait qu'il assumait parfaitement sa préférence pour le court terme et les générations présentes au détriment du futur et des générations à venir. Or, il se trouve que les générations à venir d'il y a un demi-siècle sont les générations actuelles.

Lire la suite >