"La communication d’entreprise est une rare petite période heureuse entre deux communications de crise " - Thierry ORSONI

"En politique, ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai " - TALLEYRAND

"Les urgences ont toujours été le prétexte sur lequel les protections des libertés individuelles ont été érodé" - Friedrich HAYEK

"Les communistes sont ceux qui ont lu Marx. Les anti-communistes sont ceux qui l'ont compris " - Ronald REAGAN

"Il est aussi absurde de parler de démocratie ou d'efficacité économique dans une société communiste que d'évoquer un capitalisme sans argent" - Alexandre ZINOVIEV

"Les profits sont le sang vital du système économique, l’élixir magique sur lequel repose tout progrès. Mais le sang d’une personne peut être le cancer pour une autre " - Paul SAMUELSON

"Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à supprimer la pauvreté " - Winston CHURCHILL

"Quand vous êtes capable, feignez l'incapacité. Quand vous êtes proche, feignez l'éloignement. Quand vous êtes loin feignez la proximité" - Sun TZU

"La guerre n'est que la simple continuation de la politique par d'autres moyens" - Carl VON CLAUSEWITZ

"Bien entendu, tout pays est sous-développé en ce sens que, n’étant pas encore parvenu à épuiser ses possibilités virtuelles, il est capable de continuer à avancer dans la voie du progrès technique" - Paul SAMUELSON

Citation Suivante

La main invisible (presque) introuvable d'Adam Smith

29 novembre 2018

L’expression si célèbre, maintes et maintes fois reprises, de « main invisible » occupe en réalité une place très modeste dans l’oeuvre d’Adam Smith. En effet, elle n’y apparaît qu’à trois reprises : une seule fois dans son Histoire de l’astronomie, une seule fois dans sa Théorie des sentiments moraux, et enfin une seule fois dans l’ouvrage le plus connu, La richesse des nations, au livre IV, dans un passage traitant des qualités du chef d’entreprise : celui-ci, écrit Smith, « est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n'entre nullement dans ses intentions ; et ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus mal pour la société, que cette fin n'entre pour rien dans ses intentions ». Dès lors surgissent deux problèmes : 1° la « main invisible » a-t-elle le même sens dans les trois ouvrages ? 2° comment expliquer la disproportion entre son occurrence réelle et sa postérité ? Par Romain Treffel.

La main invisible

 1) Le professeur d’économie de Chicago William D. Grampp affirme que Smith a donné à l’expression trois significations différentes, chacune propre à l’ouvrage dans lequel l’expression apparaît. Dans l’Histoire de l’astronomie, la « main invisible de Jupiter » est l’instrument du créateur de la nature qui gouverne la machine de l’univers. Dans la Théorie des sentiments moraux, la « main invisible » est la composante de l’ordre naturel qui harmonise les comportements. Enfin, dans la Richesse des nations, l’expression désignerait l’harmonisation naturelle des intérêts, ce qui est l’interprétation la plus répandue.

2) Une minorité de lecteurs critiques juge que la « main invisible » est en réalité d’une importance marginale au regard de la totalité de l’oeuvre d’Adam Smith. Ainsi, elle serait pour certains une métaphore purement rhétorique ; pour d’autres, elle aurait même une fonction ironique visant à moquer les individus qui croient en l’action, sur les hommes, d’un principe supérieur et transcendant. Le concept majeur d’Adam Smith serait plutôt la division du travail, traitée dans les chapitres I et II de la Richesse des nations.