"Vous ne pouvez pas taxer les gens quand ils gagnent de l'argent, quand ils en dépensent, et quand ils épargnent" - Maurice ALLAIS

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" - Milton FRIEDMAN

"La productivité est la mesure du progrès technique" - Jean FOURASTIE

"Le gouvernement ayant pris ainsi la place de la Providence, il est naturel que chacun l'invoque (...). Aussi rencontre-t-on un nombre immense de requêtes qui, se fondant toujours sur l'intérêt public, n'ont trait néanmoins qu'à de petits intérêts privés" - Alexis de TOCQUEVILLE

"Le plein-emploi ou même une situation voisine du plein-emploi est rare autant qu’éphémère" - John Maynard KEYNES

"La machine a jusqu’ici créé, directement ou indirectement, beaucoup plus d’emplois qu’elle n’en a supprimés" - Alfred SAUVY

"Si la méchanceté des hommes est un argument contre la liberté, elle en est un plus fort encore contre la puissance. Car le despotisme n'est autre chose que la liberté d'un seul ou de quelques-uns contre tous" - Benjamin CONSTANT

"On n’est jamais mieux gouverné que lorsqu’il n’y a pas de gouvernement" - Jean-Baptiste SAY

"Lorsque circulent dans un pays deux monnaies dont l’une est considérée par le public comme bonne et l’autre mauvaise, la mauvaise chasse la bonne" - Sir Thomas GRESHAM

"Nous sommes des créatures qui nous affligeons des conséquences dont nous continuons à adorer les causes " - BOSSUET

Citation Suivante

La TVA est une invention française

2 décembre 2019

En France, une loi d’avril 1954 a supprimé la taxe à la production qui existait jusqu'alors et l’a remplacée par « une taxe sur la valeur ajoutée perçue sur les affaires ». L’inventeur de cette nouvelle taxe est un inspecteur des finances de 37 ans, Maurice Lauré, qui s’est inspiré d'une idée d'un homme d'affaires allemand, Wilhelm von Siemens, qui, dans les années 1920, voulait taxer la valeur « supplémentaire » d'une production. Par Romain Treffel.

TVA

 Alors que le pays est toujours dans une phase de reconstruction, l’Etat entend rationaliser et uniformiser son système fiscal pour lutter contre la fraude. Mais un an après l’accession à la lumière du mouvement « anti-fisc » menée par Pierre Poujade, le projet du jeune haut fonctionnaire provoque une levée de boucliers dans l’opinion publique : la TVA est surnommée « Taxe de la Vorace Administration », quand ce n’est pas « Tout Va Augmenter ». La Direction Générale des impôts (DGI) n’est pas non plus emballée à cause de l’introduction d’un dégrèvement. Alors Maurice Lauré bataille, et il obtient le soutien de Pierre Mendès France, alors président de la commission des finances de l'Assemblée nationale.

Introduit en premier en France, le système de la TVA s'est progressivement généralisé dans le monde – il est obligatoire au sein de l'Union européenne. Les États-Unis et l'Inde appliquent une taxe sur les ventes payée par le consommateur final (non pas à chaque niveau), ce qui est équivalent car la TVA est récupérée sur les consommations intermédiaires. La plupart des pays en développement ont adopté des systèmes de TVA, même si certains secteurs (services, commerces de gros et de détail) y sont souvent exemptés. La diffusion internationale du système est logique : la TVA résiste mieux à l'évasion fiscale car chaque agent a intérêt à ce qu'elle soit déclarée sur ses consommations intermédiaires. Toutefois, la mobilité des biens et des services, associée au mode de collecte, est à l'origine d'une fraude importante au sein de l'UE, comme la fraude « carrousel » apparue dans les années 1970 dans les mouvements de marchandises au sein du Benelux, où la simplification des formalités douanières à l'importation et à l'exportation facilitait sa mise en application. Certains pays mettent en place des systèmes pour inciter les consommateurs à payer la TVA : le ticket de caisse fait par exemple office de billet de loterie dans certaines provinces chinoises.