"Une démocratie peut se rétablir rapidement d'un désastre matériel ou économique, mais quand ses convictions morales faiblissent, il devient facile pour les démagogues et les charlatans de prêcher. Alors tyrannie et oppression passent à l'ordre du jour" - James William FULLBRIGH

"En général, on parvient aux affaires par ce qu'on a de médiocre, et on y reste par ce que l'on a de supérieur" - François-René de CHATEAUBRIAND

"Notre économie change jour après jour et, en ce sens, elle est toujours nouvelle" - Alan GREENSPAN

"L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare " - Maurice BLONDEL

"Un Economiste peut commettre deux erreurs, la première consiste à ne pas calculer et la seconde à croire en ce qu’il a calculé" - Michal KALECKI

"Si vous m'avez compris c'est que je me suis mal exprimé" - Alan GREENSPAN

"L'inégalité est le résultat de la compétition entre technologies et éducation" - Jan TINBERGEN

"Le capitalisme constitue par nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait le devenir. Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme" - Joseph SCHUMPETER

"Christophe Colomb fut le premier socialiste. Il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait, et ce aux frais du contribuable." - Winston CHURCHILL

"Il est aussi absurde de parler de démocratie ou d'efficacité économique dans une société communiste que d'évoquer un capitalisme sans argent" - Alexandre ZINOVIEV

Citation Suivante

La TVA est une invention française

22 novembre 2018

En France, une loi d’avril 1954 a supprimé la taxe à la production qui existait jusqu'alors et l’a remplacée par « une taxe sur la valeur ajoutée perçue sur les affaires ». L’inventeur de cette nouvelle taxe est un inspecteur des finances de 37 ans, Maurice Lauré, qui s’est inspiré d'une idée d'un homme d'affaires allemand, Wilhelm von Siemens, qui, dans les années 1920, voulait taxer la valeur « supplémentaire » d'une production. Par Romain Treffel.

TVA

 Alors que le pays est toujours dans une phase de reconstruction, l’Etat entend rationaliser et uniformiser son système fiscal pour lutter contre la fraude. Mais un an après l’accession à la lumière du mouvement « anti-fisc » menée par Pierre Poujade, le projet du jeune haut fonctionnaire provoque une levée de boucliers dans l’opinion publique : la TVA est surnommée « Taxe de la Vorace Administration », quand ce n’est pas « Tout Va Augmenter ». La Direction Générale des impôts (DGI) n’est pas non plus emballée à cause de l’introduction d’un dégrèvement. Alors Maurice Lauré bataille, et il obtient le soutien de Pierre Mendès France, alors président de la commission des finances de l'Assemblée nationale.

Introduit en premier en France, le système de la TVA s'est progressivement généralisé dans le monde – il est obligatoire au sein de l'Union européenne. Les États-Unis et l'Inde appliquent une taxe sur les ventes payée par le consommateur final (non pas à chaque niveau), ce qui est équivalent car la TVA est récupérée sur les consommations intermédiaires. La plupart des pays en développement ont adopté des systèmes de TVA, même si certains secteurs (services, commerces de gros et de détail) y sont souvent exemptés. La diffusion internationale du système est logique : la TVA résiste mieux à l'évasion fiscale car chaque agent a intérêt à ce qu'elle soit déclarée sur ses consommations intermédiaires. Toutefois, la mobilité des biens et des services, associée au mode de collecte, est à l'origine d'une fraude importante au sein de l'UE, comme la fraude « carrousel » apparue dans les années 1970 dans les mouvements de marchandises au sein du Benelux, où la simplification des formalités douanières à l'importation et à l'exportation facilitait sa mise en application. Certains pays mettent en place des systèmes pour inciter les consommateurs à payer la TVA : le ticket de caisse fait par exemple office de billet de loterie dans certaines provinces chinoises.