"Ce n’est pas l’employeur qui paie les salaires, c’est le client" - Henry FORD

"Un Economiste peut commettre deux erreurs, la première consiste à ne pas calculer et la seconde à croire en ce qu’il a calculé" - Michal KALECKI

"En France quand on raisonne économiquement on est soupçonné de conspirer socialement" - Auteur indéterminé

"Mes clients sont libres de choisir la couleur de leur voiture à condition qu’ils la veuillent noire" - Henry FORD

"Nous sommes des créatures qui nous affligeons des conséquences dont nous continuons à adorer les causes " - BOSSUET

"La protection douanière est notre voie, le libre-échange est notre but " - Friedrich LIST

"Les gouvernements ont une vision très sommaire de l’économie. Si ça bouge, ajoute des taxes. Si ça bouge toujours, impose des lois. Si ça s’arrête de bouger, donne des subventions" - Ronald REAGAN

"L'économie mondiale demeure une notion abstraite aussi longtemps que l'on ne possède pas un compte en banque" - Achille CHAVEE

"Je crains le jour où la technologie dépassera nos relations humaines. Le monde aura une génération d'idiots " - Albert EINSTEIN

"Gold is money. Everything else is credit " - J.P. MORGAN

Citation Suivante

Sérendipité VS Zemblanité

18 novembre 2021

Terme inventé par le romancier anglais du XVIIIe siècle Horace Walpole, la sérendipité désigne la capacité à découvrir sans chercher à découvrir. En économie, le concept sert à expliquer les innovations fortuites, qui sont en réalité extrêmement nombreuses. Par Romain Treffel.

Sérendipité

 

L’aspartame, par exemple, devait servir de produit de synthèse, mais le chimiste qui le manipulait a goûté le produit par accident en humectant son doigt pour attraper une feuille de papier et il a réalisé combien il était sucré. D’autres produits devenus célèbres ont été créés de la même manière : le four à micro-ondes, le Post-it, le téflon, le Coca-Cola, etc. Internet fonctionne aussi en grande partie par sérendipité grâce à la profusion de liens qu’offrent les pages web. D’un constat sur l’importance du hasard dans l’innovation, la notion est aujourd’hui en train d’acquérir un sens nouveau, celui d’un état d’esprit permettant de saisir les opportunités dans la recherche scientifique, quitte à abandonner le but initial de son projet. Cette attitude part du principe que l’innovation de rupture est par définition ignorée, jusqu’à ce que la chance la suggère à un homme suffisamment imaginatif.

Néologisme plus récent dû à l’écrivain britannique William Boyd, la zemblanité est au contraire la faculté de découvrir des résultats malheureux, malchanceux et attendus. Sa connotation péjorative vise à mettre en évidence les résultats décevants des découvertes faites dans un cadre politique ou universitaire qui suivent une commande ferme et précise. L’exemple le plus connu est celui de la conquête spatiale par les soviétiques, conçue comme un enjeu de propagande pour l’affirmation politique de l’URSS par rapport à l’Amérique, et délaissée une fois l’objectif atteint (vol orbital du satellite Spoutnik en 1957) malgré les potentielles retombées scientifiques et économiques ultérieures des travaux de recherche déjà effectuées. Beaucoup d’idées entrepreneuriales finissent toutefois aussi au cimetière.

De manière plus générale, cependant, la recherche scientifique publique a tendance à pêcher par zemblanité, quand la recherche privée cherche des moyens de promouvoir la sérendipité. Un nombre croissant de laboratoires privés décident de donner plus de latitude à leurs chercheurs, quelques-uns embrassant même la sérendipité comme philosophie en gérant leurs recherches sans projet initial. Dans certaines entreprises, des lieux de rencontre sont mis en place entre les acteurs qui ne se côtoient au quotidien.