"Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation" - Thomas JEFFERSON

"Il y a deux manières de conquérir et d'asservir une nation, l'une est par les armes, l'autre par la dette." - John ADAMS

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" - Milton FRIEDMAN

"Un problème politique est un problème économique sans solution" - Georges ELGOZY

"Quand un économiste vous répond, on ne comprend plus ce qu’on lui avait demandé " - André GIDE

"En politique, ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai " - TALLEYRAND

"L'épargne et l'accumulation de biens de capitaux qui en résulte sont au début de chaque tentative d'améliorer les conditions matérielles de l'homme; c'est le fondement de la civilisation humaine" - Ludwig Von MISES

"Je parle de l’esprit du commerce qui s’empare tôt ou tard de chaque nation et qui est incompatible avec la guerre" - Emmanuel KANT

"Tous les hommes politiques appliquent sans le savoir les recommandations d’économistes souvent morts depuis longtemps et dont ils ignorent le nom " - John Maynard KEYNES

"Chaque génération se doit de payer ses propres dettes. Respecter ce principe éviterait bien des guerres à l'humanité" - Thomas JEFFERSON

Citation Suivante

Une prophétie de Pompidou

19 décembre 2018

Le deuxième président de la Ve République est resté dans les mémoires comme le chantre de l’expansion, celui qui a mis la France sur la voie d’une révolution industrielle, par la constitution de groupes puissants (Lagardère, Dassault, Bouygues, Mulliez), de filières industrielles (Concorde, Ariane, Airbus, TGV, etc.) et de grandes infrastructures de transport (réseau autoroutier multiplié par dix). Il portait cependant aussi une grande attention à la politique d’aménagement du territoire et à la protection de l’environnement, alors que la vague écologiste venait seulement de naître aux États-Unis et commençait tout juste de toucher la France. Cet équilibre auquel il tenait est également révélateur d’une compréhension extrêmement fine et perspicace des évolutions emportées par l’urbanisation et la modernisation des milieux de vie. 

Georges Pompidou

 

Ainsi le successeur du général de Gaulle fait-il cette prophétie, il y a près de 45 ans, dans l’euphorie consumériste et technicienne des Trente Glorieuses, à la revue Réalités qui lui demande comment il parvient à concilier les deux idées : « Si vous me parlez politique, c’est autre chose, mais si vous me parlez de ce que je veux penser "en moi-même", je vous dirais que le côté paysan est peut-être le côté de l’avenir par beaucoup d’aspects. Je suis de ceux qui pensent que dans cinquante ans la fortune consistera à pouvoir s’offrir la vie du paysan aisé du début du XXe siècle, à bien des égards, c’est-à-dire de l’espace autour de soi, de l’air pur, des œufs frais, des poules élevées avec du grain, etc. On y ajoute des piscines et des automobiles, mais ce n’est pas une modification fondamentale, il reste le besoin d’air, de pureté, de liberté, de silence ».

En termes économiques, Georges Pompidou avait anticipé un déplacement de la rareté susceptible de modifier le prix des biens. Les tendances récentes et contemporaines montrent qu’il avait vu juste : l’augmentation du prix de la surface habitable, la concurrence immobilière et la promiscuité dans les grandes villes ; le développement de l’agriculture bio, dont les produits ne sont pas accessibles à toutes les bourses ; la détérioration générale de l’environnement, celle de la qualité de l’air et des cours d’eau. Mener un mode de vie « sain » à la fois en termes d’habitat, d’alimentation et d’indépendance est effectivement un luxe en ce début de XXIe siècle. Le phénomène de rurbanisation, récent et particulièrement dynamique dans les pays développés, est une autre confirmation de la justesse de la prédiction pompidolienne.

 

Citation

Romain Treffel, « Une prophétie de Pompidou », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 18/01/2017. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

Anecdotes