"Je parle de l’esprit du commerce qui s’empare tôt ou tard de chaque nation et qui est incompatible avec la guerre" - Emmanuel KANT

"Le budget est le squelette de l'État débarrassé de toute idéologie trompeuse" - Joseph SCHUMPETER

"Un problème politique est un problème économique sans solution" - Georges ELGOZY

"L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare " - Maurice BLONDEL

"La productivité est la mesure du progrès technique" - Jean FOURASTIE

"Casser l’inflation se fait toujours au détriment de l’emploi" - Nicholas KALDOR

"Quand un économiste vous répond, on ne comprend plus ce qu’on lui avait demandé " - André GIDE

"La conquête du superflu donne une excitation spirituelle plus grande que la conquête du nécessaire. L’homme est une création du désir, et pas une création du besoin" - Gaston BACHELARD

"L'épargne et l'accumulation de biens de capitaux qui en résulte sont au début de chaque tentative d'améliorer les conditions matérielles de l'homme; c'est le fondement de la civilisation humaine" - Ludwig Von MISES

"Les hommes n'étant pas dotés des mêmes capacités, s'ils sont libres, ils ne sont pas égaux, et s'ils sont égaux, c'est qu'ils ne sont pas libres" - Alexandre SOLJENITSYNE

Citation Suivante

La cigarette américaine est la meilleure monnaie

21 juin 2021

L'inflation s'est généralisée pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui a fait dire à John Kenneth Galbraith dans L’Argent (1975) que la cigarette américaine s'est révélée la meilleure monnaie possible parce qu’elle empêche l'inflation. 

Cigarette monnaie

 L’économiste américain tire cet enseignement de l’inflation allemande de 1945-1948, moins connue que l’hyperinflation des années 1920. Comme le mark avait perdu presque toute valeur d’échange, les Allemands d’après 1945 ont donc eu recours à des substituts. Ils sont notamment revenus à la cigarette, une des monnaies classiques d’autrefois, à la différence qu’elle était maintenant parfaitement standardisée et en cela comparable à une véritable pièce de monnaie – le paquet de vingt et la cartouche de deux cent étaient de plus adaptés aux transactions les plus importantes.

La cigarette a constitué une monnaie très efficace pour deux raisons. Tout d’abord, elle était extrêmement difficile à contrefaire du fait de la standardisation de la production, contrairement au tabac non standardisé d’autrefois dont la qualité pouvait être douteuse. Ensuite, la cigarette recèle, en tant que moyen d’échange, un principe autorégulateur de sa valeur. En effet, elle est thésaurisée, comme disent les économistes – c’est-à-dire mise de côté comme moyen d’échange – mais lorsque cela n’est plus possible, elle est alors fumée ou offerte à un ami dépendant, ce qui a pour effet de faire diminuer la quantité de monnaie en circulation, et donc d’empêcher l’inflation. Seul ombre à ce tableau : une monnaie de moindre qualité a été introduite sous la forme des mégots, que les soldats étaient incités à ne pas jeter dans les urinoirs ; mais cette nouvelle monnaie ne trompait personne et elle n’était donc acceptée que moyennant remise.

Cette « expérience monétaire » n’était pas limitée à l’Allemagne : elle a eu aussi lieu en Italie, comme l’a dépeint l’écrivain Malaparte dans son roman La Peau (1949), sur le Naples de la fin de la guerre où circulaient les produits des GIs, ou plus simplement encore de nos jours dans les prisons.

Citation

Romain Treffel, « La cigarette américaine est la meilleure monnaie », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 06/01/2016. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

50 anecdotes