"Les bonnes questions ne se satisfont pas de réponses faciles" - Paul SAMUELSON

"Nous sommes des créatures qui nous affligeons des conséquences dont nous continuons à adorer les causes " - BOSSUET

"Il ne peut y avoir de crise la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein " - Henry KISSINGER

"On appelle progrès technique une capacité d’action de plus en plus efficace que l’homme acquiert par l’effort intellectuel sur les éléments matériels" - Jean FOURASTIE

"Une démocratie peut se rétablir rapidement d'un désastre matériel ou économique, mais quand ses convictions morales faiblissent, il devient facile pour les démagogues et les charlatans de prêcher. Alors tyrannie et oppression passent à l'ordre du jour" - James William FULLBRIGH

"Les crises de demain sont souvent le refus des questions d’aujourd’hui " - Patrick LAGADEC

"Une société qui ne reconnaît pas que chaque individu à des valeurs qui lui sont propres qu'il est autorisé à suivre, ne peut pas avoir de respect pour la dignité de l'individu et ne peut réellement connaître la liberté" - Friedrich HAYEK

"La puissance productrice d’un pays peut s’accroître d’une façon plus que proportionnelle à l’augmentation du chiffre de sa population" - Alfred MARSHALL

"Il n'y a que deux possibilités, soit un système dirigé par la discipline impersonnelle du marché, soit un autre dirigé par la volonté de quelques individus; et ceux qui s'acharnent à détruire le 1er contribuent, sciemment ou inconsciemment, à créer le 2nd" - Friedrich HAYEK

"Une idée fausse mais claire et précise aura toujours plus de puissance dans le monde qu'une idée vraie mais complexe" - Alexis De TOCQUEVILLE

Citation Suivante

Pas de croissance dans l'antiquité

28 février 2018

Fonctionnant sur une économie foncière et agricole, la société antique ignorait la croissance économique. En effet, elle concevait les échanges économiques comme un jeu à somme nulle, d’où notamment sa propension à considérer les fortes inégalités dont elle était marquée comme naturelles. La pensée économique de Platon est caractéristique de cette ignorance.

Platon

La pensée économique de Platon est caractéristique de cette ignorance car une de ses idées principales est la nécessité de limiter la population (la cité idéale doit rassembler 5040 citoyens) afin de limiter la production agricole nécessaire à son alimentation – il rend ainsi la croissance (agricole) inutile, la pensant impossible. Son disciple, Aristote, est conduit par la même ignorance à condamner le prêt à intérêt, car il y voit un mécanisme qui conduit inexorablement les emprunteurs à la ruine, puis à la perte de liberté (Athènes pratiquait la servitude pour dette jusqu’à son interdiction par le législateur Solon). En prenant en compte la potentialité d’une croissance du produit, on comprend, comme plus tard Saint Thomas d’Aquin, que la croissance est la condition qui justifie et rend possible l’endettement à intérêt, le supplément de production permettant de rémunérer le risque pris par le créancier.

La croissance économique est en réalité à la fois un concept et une réalité relativement récents. Les historiens et les statisticiens ont mis en évidence qu’avant la Révolution industrielle (XVIIIe siècle) la croissance de la production résultait essentiellement de celle de la population ; autrement dit la croissance hors démographie était nulle. Les très fortes croissances de la première moitié du XIXe siècle vident l’angoisse démographique de l’Antiquité (plus tard partagée par Malthus) de son sens, dès lors que les moyens de subsistance peuvent suivre la démographie.

Citation

Romain Treffel, « Pas de croissance dans l'antiquité », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 05/05/2015. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».