"On attire l'ennemi par la perspective d'un avantage ; on l'écarte par la crainte d'un dommage. " - SUN TZU

"L'impôt tue l'impôt" - Arthur LAFFER

"Le gouvernement ayant pris ainsi la place de la Providence, il est naturel que chacun l'invoque (...). Aussi rencontre-t-on un nombre immense de requêtes qui, se fondant toujours sur l'intérêt public, n'ont trait néanmoins qu'à de petits intérêts privés" - Alexis de TOCQUEVILLE

"Mes clients sont libres de choisir la couleur de leur voiture à condition qu’ils la veuillent noire" - Henry FORD

"Une société qui ne reconnaît pas que chaque individu à des valeurs qui lui sont propres qu'il est autorisé à suivre, ne peut pas avoir de respect pour la dignité de l'individu et ne peut réellement connaître la liberté" - Friedrich HAYEK

"En général, on parvient aux affaires par ce qu'on a de médiocre, et on y reste par ce que l'on a de supérieur" - François-René de CHATEAUBRIAND

"A long terme nous serons tous morts" - John Maynard KEYNES

"La protection douanière est notre voie, le libre-échange est notre but " - Friedrich LIST

"Les hommes ne voient la nécessité que dans la crise " - Jean MONNET

"Il y a deux manières de conquérir et d'asservir une nation, l'une est par les armes, l'autre par la dette." - John ADAMS

Citation Suivante

Bernard Arnault et Polytechnique

6 janvier 2020

Le patron français du prospère groupe de luxe LVMH compte certes parmi les grands industriels polytechniciens, mais le grand public ignore qu’il a une histoire compliquée avec la prestigieuse et célèbre école d’ingénieurs.

Bernard Arnault LVMH Polytechnique

 Après une prépa Maths sup/spé au lycée Faidherbe de Lille, le jeune Bernard passe les concours malgré le tumulte de mai 68. Admissible à Polytechnique, il va donc passer le grand oral, mais il ne se présente pas… à cause d’un bras cassé. En effet, cet accident l’empêche de passer les épreuves physiques, éliminatoires. Devenu un grand patron, il donnera plusieurs versions différentes : chute de cheval ou mauvaise réception en jouant à sauter en hauteur au-dessus d’un fil tendu entre deux arbres, dans le jardin. Mais la bonne version est sans doute la dernière qu’il a bien voulu donner : une chute toute bête dans l’entrée de la maison de ses parents. Cet échec stupide est sans conséquence, car le jeune candidat intègre l’école l’année suivante.

Sa scolarité à l’X ne se distingue pas par ce seul aspect. Brillant admis, Bernard Arnault devient un élève moyen, car son intérêt pour les études s’est émoussé. Peu nombreux sont ses camarades de promotion qui se souviennent de lui. Il souhaitait faire Polytechnique pour être pris au sérieux dans son milieu familial, contrairement à beaucoup d’autres qui ambitionnent de sortir dans la botte, pour embrasser une carrière de haut fonctionnaire ou entrer dans une entreprise publique. Dès lors, il s’implique peu, ayant l’intention de rejoindre l’entreprise familiale, ce qui étonne grandement ses camarades et le fait passer à leurs yeux pour un anormal. A quoi bon donc continuer ? Le futur patron de LVMH ne termine pas sa scolarité ! Il quitte l’École six mois avant la fin officielle des études, dans les profondeurs du classement, pour entrer dans l’entreprise familiale Ferret Savinel avec le simple titre d’ingénieur.

Citation

Romain Treffel, « Bernard Arnaud et Polytechnique », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 07/04/2015. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».