"Le changement du monde n’est pas seulement création, progrès, il est d’abord et toujours décomposition, crise " - Alain TOURAINE

"Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à supprimer la pauvreté " - Winston CHURCHILL

"Il n'y a que deux possibilités, soit un système dirigé par la discipline impersonnelle du marché, soit un autre dirigé par la volonté de quelques individus; et ceux qui s'acharnent à détruire le 1er contribuent, sciemment ou inconsciemment, à créer le 2nd" - Friedrich HAYEK

"La grande industrie exige sans cesse une armée de réserve d’ouvriers sans emploi" - Karl MARX

"La première panacée pour une nation mal dirigée est l’inflation monétaire, la seconde est la guerre. Les deux apportent prospérité temporaire et destruction indélébile. Les deux sont le refuge des opportunistes économiques et politiques" - Ernest HEMINGWAY

"La machine a jusqu’ici créé, directement ou indirectement, beaucoup plus d’emplois qu’elle n’en a supprimés" - Alfred SAUVY

"Les investissements d'aujourd'hui sont les profits de demain et les emplois d'après demain" - Helmut SCHMIDT

"Il y a lieu d’adopter la stabilité du niveau des prix comme, à la fois, but de la politique monétaire, guide et critère de réussite" - Milton FRIEDMAN

"La propriété est un droit antérieur à la loi, puisque la loi n'aurait pour objet que de garantir la propriété" - Frédéric BASTIAT

"La politique n'agit sur l'économie que si elle ne prétend pas le faire " - Jacques ATTALI

Citation Suivante

Bernard Arnault et Polytechnique

6 janvier 2020

Le patron français du prospère groupe de luxe LVMH compte certes parmi les grands industriels polytechniciens, mais le grand public ignore qu’il a une histoire compliquée avec la prestigieuse et célèbre école d’ingénieurs.

Bernard Arnault LVMH Polytechnique

 Après une prépa Maths sup/spé au lycée Faidherbe de Lille, le jeune Bernard passe les concours malgré le tumulte de mai 68. Admissible à Polytechnique, il va donc passer le grand oral, mais il ne se présente pas… à cause d’un bras cassé. En effet, cet accident l’empêche de passer les épreuves physiques, éliminatoires. Devenu un grand patron, il donnera plusieurs versions différentes : chute de cheval ou mauvaise réception en jouant à sauter en hauteur au-dessus d’un fil tendu entre deux arbres, dans le jardin. Mais la bonne version est sans doute la dernière qu’il a bien voulu donner : une chute toute bête dans l’entrée de la maison de ses parents. Cet échec stupide est sans conséquence, car le jeune candidat intègre l’école l’année suivante.

Sa scolarité à l’X ne se distingue pas par ce seul aspect. Brillant admis, Bernard Arnault devient un élève moyen, car son intérêt pour les études s’est émoussé. Peu nombreux sont ses camarades de promotion qui se souviennent de lui. Il souhaitait faire Polytechnique pour être pris au sérieux dans son milieu familial, contrairement à beaucoup d’autres qui ambitionnent de sortir dans la botte, pour embrasser une carrière de haut fonctionnaire ou entrer dans une entreprise publique. Dès lors, il s’implique peu, ayant l’intention de rejoindre l’entreprise familiale, ce qui étonne grandement ses camarades et le fait passer à leurs yeux pour un anormal. A quoi bon donc continuer ? Le futur patron de LVMH ne termine pas sa scolarité ! Il quitte l’École six mois avant la fin officielle des études, dans les profondeurs du classement, pour entrer dans l’entreprise familiale Ferret Savinel avec le simple titre d’ingénieur.

Citation

Romain Treffel, « Bernard Arnaud et Polytechnique », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 07/04/2015. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».