"On attire l'ennemi par la perspective d'un avantage ; on l'écarte par la crainte d'un dommage. " - SUN TZU

"Vous et moi venons par route ou par rail, mais les économistes voyagent en infrastructures " - Margareth THATCHER

"Quand vous êtes capable, feignez l'incapacité. Quand vous êtes proche, feignez l'éloignement. Quand vous êtes loin feignez la proximité" - Sun TZU

"Gold is money. Everything else is credit " - J.P. MORGAN

"Pour être valable toute théorie, quelle qu'elle soit, doit être confirmée, tant dans ses hypothèses que dans ses conséquences, par les données de l'observation" - Maurice ALLAIS

"Je crains le jour où la technologie dépassera nos relations humaines. Le monde aura une génération d'idiots " - Albert EINSTEIN

"Les communistes sont ceux qui ont lu Marx. Les anti-communistes sont ceux qui l'ont compris " - Ronald REAGAN

"La seule fonction de la prévision économique, c’est de rendre l’astrologie respectable " - GALBRAITH

"En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal" - Nicolas MACHIAVEL

"Le plein-emploi ou même une situation voisine du plein-emploi est rare autant qu’éphémère" - John Maynard KEYNES

Citation Suivante

Les pays d'Europe du Sud s'orientent vers un ajustement économique encourageant

9 mai 2013

Les pays d'Europe du Sud ont hérité d'un acronyme peu flatteur lors de la crise globale : les PIGS, soit "cochons" en anglais. L'acronyme de PIGS renvoie à la première lettre de chaque pays (Portugal, Italie, Grèce, Espagne - Spain en anglais). L'intérêt de cet acronyme est de pouvoir regrouper sous une même et seule appellation des pays aux caractéristiques économiques comparables et qui appartiennent à une même zone géographique. Au plus fort de la crise en 2008-2009, les pays du "Club Med" (autre expression peu flatteuse) sont ceux qui ont connu la dégradation économique la plus rapide et la plus profonde. Après plusieurs années compliquées sur le plan économique, ces pays connaissent des signes encourageants d'amélioration.


     Evolution détaillée de l'évolution de la balance des paiements dans les pays Europe du SudEvolution globale de la balance des paiements des pays Europe du Sud

 

Inquiétude face à l'apparition de déséquilibres fondamentaux très importants

Parmi les déséquilibres économiques les plus importants, celui de la balance des paiements est un de ceux qui s'est le plus dégradé dans ces pays depuis le début des années 2000. En effet, le déficit cumulé des PIGS en 2002 était de 30 milliards d'euros contre 220 milliards en 2008. La balance des paiements reflète la situation économique et financière d'un pays à l'égard du reste du monde. Plus le solde est positif et plus la situation est favorable; inversement, plus le solde est négatif et plus la situation est défavorable.

Le creusement de ce déficit correspond à une fuite en avant de ces pays. Concrètement, ils ne se sont pas souciés de la dégradation de leur situation économique et financière extérieure liée à l'augmentation de leurs coûts du travail et de leur perte de compétitivité. La dégradation a été régulière jusqu'en 2008, et très visible dans le cas de l'Espagne. Avant la crise globale, et avec la protection de la monnaie unique européenne, ces déséquilibres étaient jugés soutenables. Quand la crise a éclaté, ces déséquilibres sont apparus comme insoutenables et comme une source majeure de fragilité économique et financière.

La mise en place de politiques et de réformes économiques douloureuses mais salvatrices

L'apparition de grands déséquilibres fondamentaux au sein de l'union monétaire européenne fait courir un risque aux pays concernés, mais aussi à l'ensemble de la zone euro. Les déséquilibres ont été causés par l'évolution incontrôlée des salaires et des dépenses publiques. Auparavant, ce type de déséquilibre pouvait se résoudre à court terme par une dévaluation monétaire qui stimulait les exportations. Depuis l'introduction de la monnaie unique, cette solution n'est plus possible. Il faut dorénavant passer par des solutions pérennes, soulignant ainsi l'objectif stratégique de restaurer la compétitivité des pays concernés.

Plusieurs mesures ont été prises dans ces pays afin de lutter contre la dégradation de la balance des paiements. Généralement, ces mesures sont présentées comme des politiques d'austérité qui ont consisté principalement à diminuer les dépenses publiques et à diminuer le coût du travail. Force est de constater que quelques années après la mise en place de ces mesures, les PIGS ont réussi à améliorer leur compétitivité et s'orientent vers un rééquilibrage de leurs situations extérieures. En effet, le cumul de la balance des paiements des quatre pays de l'Europe du Sud s'élève à 25 milliards d'euros en 2012, contre 220 milliards en 2008, soit près de 10 fois moins en 4 ans.

Il convient toutefois de rester prudent. L'amélioration sensible et rapide de la balance des paiements des PIGS souligne un retour de la compétitivité et un rééquilibrage entre exportations et importation. Cependant, cette amélioration n'est pas nécessairement définitive et peut également traduire une diminution temporaire des dépenses privées et publiques liée à l'austérité. Quoi qu'il en soit, l'Europe du Sud s'oriente clairement vers un ajustement économique rendu possible par une diminution du déficit de la balance des paiements.

Citation

Sylvain Fontan, “Les pays d'Europe du Sud s'orientent vers un ajustement économique encourageant”, décryptage publié sur «leconomiste.eu» le 09/05/2013.