"Le problème avec le socialisme, c'est que, tôt ou tard vous êtes à court de l'argent des autres" - Margaret THATCHER

"Ce n’est pas l’employeur qui paie les salaires, c’est le client" - Henry FORD

"Un peuple est pacifique aussi longtemps qu'il se croit assez riche et redouté pour installer sournoisement sa dictature économique" - Georges BERNANOS

"Le problème avec la réduction des impôts sur le revenu c’est que ça stimule suffisamment l’économie pour que tout le monde rentre dans la tranche supérieure" - Harold COFFIN

"La grande industrie exige sans cesse une armée de réserve d’ouvriers sans emploi" - Karl MARX

"La communication d’entreprise est une rare petite période heureuse entre deux communications de crise " - Thierry ORSONI

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" - Milton FRIEDMAN

"Un peu d’internationalisation éloigne de la patrie, beaucoup y ramène" - Jean JAURÈS

"Le capitalisme constitue par nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait le devenir. Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme" - Joseph SCHUMPETER

"La puissance productrice d’un pays peut s’accroître d’une façon plus que proportionnelle à l’augmentation du chiffre de sa population" - Alfred MARSHALL

Citation Suivante

Robert Owen, entrepreneur patron socialiste utopique

14 décembre 2016

Premier penseur authentiquement socialiste en Grande-Bretagne, Robert Owen (1771-1858) était surtout un entrepreneur et un patron réputé.

RObert Owen, entrepreneur patron socialiste utopique

 

Après un échec dans la construction de machines à filer le coton, il prend la direction d'une filature de coton qui devient rapidement l'un des plus grands établissements. Ensuite, il se marie avec la fille du propriétaire de la filature de New Lanark (Sud de l’Écosse), dont il devient patron après l’avoir rachetée avec ses associés. Il choisit alors de la gérer selon des principes qui s’apparentent à ceux du socialisme utopique. Ainsi, il améliore les conditions de vie de ses ouvriers de façon très pragmatique. Il augmente leurs salaires. Il fait réparer les habitations et ouvrir un magasin qui propose des produits de bonne qualité presque à prix coûtant et vend de l’alcool en quantité limitée. Il investit dans l’éducation, celle des adultes (hygiène, ordre, prévoyance), mais surtout celle des enfants, pour lesquels il crée une école primaire. Les usines de la filature ont prospéré et sont devenues un exemple de socialisme utopique : inscrit au patrimoine de l’UNESCO, le village est aujourd’hui une attraction touristique importante.

Robert Owen est aujourd’hui considéré comme le père du mouvement coopératif, lequel correspond à une forme de socialisme désignant la constitution, contre l’État existant, d’un nouvel ordre économique et social à partir de multiples structures intermédiaires telles que les coopératives ou les associations. Il attribuait la misère à la guerre entre salariés et patrons, et la solution résidait pour lui dans l’union de tous les hommes pour le contrôle de l’outil de travail. Ainsi, il a préconisé l’installation de communautés coopératives de 1200 personnes dans un seul immeuble, soit une utopie coopérative proche du phalanstère de Fourier. Le patron écossais est également à l’origine du fameux mot d’ordre « huit heures de travail, huit heures de loisir, huit heures de sommeil » repris par la Première Internationale en 1864. 

 

 

Citation

Romain Treffel, « Rober OWEN, entrepreneur patron socialiste utopique », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 12/14/2016. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

Anecdotes