"En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal" - Nicolas MACHIAVEL

"On ne peut devenir entrepreneur qu’en devenant auparavant débiteur. S’endetter appartient à l’essence de l’entreprise et n’a rien d’anormal" - Joseph SCHUMPETER

"On taxe les riches car ils sont riches et on taxe les pauvres car ils sont nombreux " - blague de fiscaliste

"Sous le capitalisme, les gens ont davantage de voitures. Sous le socialisme, les gens ont davantage de parkings " - Winston CHURCHILL

"Le problème avec le socialisme, c'est que, tôt ou tard vous êtes à court de l'argent des autres" - Margaret THATCHER

"Vous ne pouvez pas taxer les gens quand ils gagnent de l'argent, quand ils en dépensent, et quand ils épargnent" - Maurice ALLAIS

"Christophe Colomb fut le premier socialiste. Il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait, et ce aux frais du contribuable." - Winston CHURCHILL

"L'étonnante tâche des sciences économiques est de démontrer aux hommes combien en réalité ils en savent peu sur ce qu'ils s'imaginent pouvoir modeler" - Friedrich HAYEK

"La première panacée pour une nation mal dirigée est l’inflation monétaire, la seconde est la guerre. Les deux apportent prospérité temporaire et destruction indélébile. Les deux sont le refuge des opportunistes économiques et politiques" - Ernest HEMINGWAY

"Une société qui ne reconnaît pas que chaque individu à des valeurs qui lui sont propres qu'il est autorisé à suivre, ne peut pas avoir de respect pour la dignité de l'individu et ne peut réellement connaître la liberté" - Friedrich HAYEK

Citation Suivante

L'homme qui murmurait à la fois aux oreilles du monde capitaliste et du monde socialiste

10 février 2020

Armand Hammer se vantait d’être le seul Américain à être un ami à la fois de Lénine et de Reagan. Il était aussi un intime de Brejnev et de Gorbatchev, comme de Nixon. 

Armand Hammer

 Dirigeant d’Occidental Petroleum, il est dans les années 1980 un des hommes les plus riches et les plus puissants de la planète. Figure de Wall Street, il occupait également, dans les murs du Kremlin, un bureau contigu à celui du secrétaire général du Parti communiste. Il a été mêlé aux principaux événements qui ont changé la physionomie et le cours du XXe siècle. La clé de sa réussite réside dans sa capacité à bousculer, voire à ignorer les règles du jeu, notamment en négociant fréquemment des contrats d’une stupéfiante ampleur avec des pays habituellement hostiles aux États-Unis. 

L’étonnant homme d’affaires a en grande partie hérité sa position d’intermédiaire Est-Ouest de son père. Julius Hammer, pharmacien et fondateur du Parti socialiste du Travail, était le plus âgé et le plus riche des membres de la communauté socialiste américaine. Il faisait partie de l’entourage de Trotski lors de son exil américain de janvier à mai 1917. Auparavant, il avait rencontré Lénine en août 1907 au Congrès de l’Internationale socialiste, où une amitié s’était nouée entre les hommes. Dès l’instauration du pouvoir bolchévique en 1917, Julius est le seul à tourner le blocus imposé à la Russie par la France et l’Angleterre : il s’enrichit considérablement en vendant illégalement et à crédit des produits pharmaceutiques et autres denrées. En 1920, son impunité tourne court quand il est condamné à quinze années de prison pour avoir commis un avortement illégal sur la femme d’un ancien membre de l’ambassade russe, opération qui aurait entraîné la mort de la patiente dans la foulée. Son fils interrompt alors ses études à l’université de Columbia pour reprendre les affaires paternelles.

Il se rend en 1921 en URSS car il a obtenu la première concession accordée par le gouvernement soviétique à une firme occidentale : les mines d’amiante d’Alapaïevsk, dans le massif de l’Oural, sur les lieux mêmes où avaient été exécutés les Romanov. Le 22 octobre 1921, il rencontre Lénine, ce qui scelle les relations économiques entre les soviétiques et sa famille. Il approvisionnera la Russie en blé américain pour réduire la famine et il profitera de l’inflexion de la NEP, ce « repli stratégique » dans la construction du socialisme qui doit « faire au capitalisme une place limitée pour un temps limité ».

Citation

Romain Treffel, « L'homme qui murmurait à la fois aux oreilles du monde capitaliste et du monde socialiste », analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 02/03/2016. Anecdote économique extraite du recueil intitulé « 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire ».

Anecdotes économiques