"Bien entendu, tout pays est sous-développé en ce sens que, n’étant pas encore parvenu à épuiser ses possibilités virtuelles, il est capable de continuer à avancer dans la voie du progrès technique" - Paul SAMUELSON

"Moins le risque est grand, plus les spéculateurs fuient" - Maurice ALLAIS

"Hélas! Qu'y a-t-il de certain dans ce monde, hormis la mort et l'impôt ?" - Benjamin FRANKLIN

"Il ne peut y avoir de crise la semaine prochaine, mon agenda est déjà plein " - Henry KISSINGER

"En général, on parvient aux affaires par ce qu'on a de médiocre, et on y reste par ce que l'on a de supérieur" - François-René de CHATEAUBRIAND

"Je parle de l’esprit du commerce qui s’empare tôt ou tard de chaque nation et qui est incompatible avec la guerre" - Emmanuel KANT

"Les hommes ne voient la nécessité que dans la crise " - Jean MONNET

"Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire. Car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin. " - Henry FORD

"Je crains le jour où la technologie dépassera nos relations humaines. Le monde aura une génération d'idiots " - Albert EINSTEIN

"La puissance productrice d’un pays peut s’accroître d’une façon plus que proportionnelle à l’augmentation du chiffre de sa population" - Alfred MARSHALL

Citation Suivante

De l'entreprise à la firme moderne

27 novembre 2017

Le développement des économies occidentales, et maintenant émergentes, est largement fondé sur le capitalisme, qui lui-même est marqué par les mécanismes de marché. De même, l'entreprise dans sa forme moderne (la firme) est également intimement liée à ce développement économique. La firme, dont l'objectif est la recherche du profit, est une institution particulièrement complexe et multiforme. Dès lors, il convient d'essayer d'identifier ses caractéristiques et les différentes théories économiques qui gravitent autour de cette notion afin de comprendre sa nature. La vision dite contractuelle de la firme est encore aujourd'hui la vision dominante dans la théorie économique.

Malgré leurs avancées majeures, les théories contractuelles de la firme ignorent des aspects essentiels qui sont l'organisation de la production et la prise en considération des compétences. Dès lors, il convient de s'interroger sur ces aspects et de citer un économiste célèbre du XVIIIème siècle, Adam SMITH : « J'ai vu une petite manufacture qui n'employait que dix ouvriers. Quand ils se mettaient en train, ils venaient à bout de faire entre eux environ douze livres d'épingles par jour. Ainsi, ces dix ouvriers pouvaient faire entre eux plus de 48'000 épingles dans une journée ; donc, chaque ouvrier peut être considéré comme donnant dans sa journée 4'800 épingles. Mais s'ils avaient tous travaillé à part et indépendamment les uns des autres, chacun d'eux assurément n'eût pas fait 20 épingles, peut-être pas une seule, dans sa journée. »

Le bulletin économique présente tout d'abord (1) les notions d'entreprise et d'entrepreneur, (2) ainsi que les différentes théories économiques dominantes sur ce sujet, puis (3) il se concentre sur les aspects liés à la production et aux compétences des firmes. (4) Il apparaît alors que ces aspects mettent en exergue différentes évolutions par rapport à la théorie économique dominante et (5) que plusieurs considérations nouvelles émergent au regard de la période contemporaine.

entreprise firme

Bulletin économique hebdomadaire uniquement accessible sur abonnement.