"On appelle progrès technique une capacité d’action de plus en plus efficace que l’homme acquiert par l’effort intellectuel sur les éléments matériels" - Jean FOURASTIE

"Dans ce monde complexe où l’information n’a jamais été aussi abondante, nous devons développer l’intelligence économique " - Jean ARTHUIS

"La liberté n’est pas l’absence d’engagement, mais la capacité de choisir" - Paulo CUELHO

"Le problème avec le socialisme, c'est que, tôt ou tard vous êtes à court de l'argent des autres" - Margaret THATCHER

"En période de mobilité économique, la souplesse est une condition vitale du plein emploi" - Alfred SAUVY

"L'offre créée sa propre demande" - Jean-Baptiste SAY

"La confiance est une institution invisible qui régit le développement économique" - Kenneth ARROW

"Beaucoup considère le chef d’entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu le voit comme le cheval tirant la charrue" - Winston CHURCHILL

"Casser l’inflation se fait toujours au détriment de l’emploi" - Nicholas KALDOR

"Quand vous êtes capable, feignez l'incapacité. Quand vous êtes proche, feignez l'éloignement. Quand vous êtes loin feignez la proximité" - Sun TZU

Citation Suivante

Edward H. CHAMBERLIN : Théorie de la concurrence monopolistique

6 décembre 2017

Né en 1899, Edward Hastings CHAMBERLIN est un économiste américain. Il obtint sa thèse en 1927 à l'université de Harvard aux Etats-Unis qu'il ne quittera plus jusqu'à sa retraite. Sa contribution principale aux sciences économiques a été publiée en 1933 sous le titre "The Theory of Monopolistic Competition" ("Théorie de la concurrence monopolistique"). Sa théorie a deux ambitions : expliquer le comportement individuel d'entreprises concurrentes quand des éléments de différenciation existent, et souligner la façon selon laquelle un équilibre de marché s'établit entre elles. 

Edward Hastings CHAMBERLIN

 En pratique, avec la théorie de la concurrence monopolistique, Chamberlin souligne le degré de liberté stratégique dont dispose une entreprise lorsqu'elle combine utilisation du prix et de la publicité, ainsi que la différenciation du produit pour assurer la distinction sur un marché. Dans ce cadre, le producteur essaye de se différencier de la concurrence en présentant des distinctions afin d'obtenir une forme de monopole et ainsi être l'unique producteur à proposer un certain nombre de caractéristiques.

Différenciation des produits

La différenciation des produits est une stratégie visant à introduire une distinction entre, d'une part, le produit fabriqué et vendu par l'entreprise et, d'autre part, les produits des concurrents. Ainsi, l'entreprise cherche à créer pour son produit un ou plusieurs avantages relatifs perçus comme uniques par les acheteurs. Le but est de réduire l'âpreté de la concurrence quand il y a homogénéité des produits proposés par les différentes entreprises, et donc quand il y a substituabilité entre eux.  Le producteur qui différencie son produit réussit ainsi à s'approcher des conditions du monopole (production assurée par une seule entreprise), même si celui-ci est limité dans l'espace et dans le temps.

La différenciation des produits est la stratégie centrale de la concurrence monopolistique. La différenciation concerne le produit soit directement (qualité, modèle, design, emballage, image du produit donnée par la publicité...), soit indirectement (qualité du réseau de distribution, commodité du lieu de vente, image de marque du producteur, réputation du vendeur,  conditions générales de ventes et de paiement...). Dans ce cadre, la publicité joue un rôle déterminant pour persuader le consommateur que le produit présenté est unique.

Concurrence monopolistique

La concurrence monopolistique est une structure de marché où les producteurs sont nombreux mais où ces derniers mettent en œuvre une stratégie de différenciation de leurs produits pour bénéficier d'une position commerciale ressemblant au monopole. Fréquente dans les économies modernes, cette structure de marché comprend deux aspects :

  • des éléments de concurrence avec un grand nombre de vendeurs de produits similaires face à une multitude d'acheteurs ;
  • des éléments de monopole, où le producteur pratique une différenciation du produit dans le but de le rendre unique.

La concurrence monopolistique est ainsi une forme de concurrence imparfaite. En effet, un certain nombre d'hypothèses du modèle de la concurrence dite "pure et parfaite" sont ici abandonnées. Dès lors, il n'y a plus d'homogénéité des produits car le but est justement de distinguer les produits les uns des autres; il n'y a plus également de transparence du marché puisque chaque entreprise développe des actions publicitaires pour s'attacher une clientèle spécifique. Par conséquent, le but de cette théorie est de proposer une théorie des marchés plus conforme à la réalité que les modèles de la concurrence pure et parfaite d'une part, et du monopole pur d'autre part. La concurrence monopolistique constitue alors une situation hybride entre la concurrence parfaite et le monopole pur.

Evolution dans le temps de la concurrence monopolistique

La portée de cette théorie varie selon l'horizon temporel envisagé. En effet, alors que l'équilibre de concurrence monopolistique de court terme se rapproche de celui du monopole, celui de long terme se rapproche de la concurrence pure et parfaite. De façon pratique, le surprofit que les entreprises réalisent en courte période attire de nouvelles entreprises, ce qui entraîne la diminution de la part de marché de chacune des entreprises, et au final il y a extinction progressive du surprofit.

Le mécanisme de l'évolution du profit dans le temps est le suivant. Le fait d'être le seul producteur à proposer un bien (ou un service) avec des caractéristiques ressenties par le consommateur comme uniques, permet de se retrouver dans une situation proche du monopole, et ainsi de pouvoir s'écarter du prix du marché (hausse du prix de vente). A court terme, l'entreprise améliore donc son bénéfice. Toutefois, ce profit attire de nouvelles entreprises qui vont essayer de capter une partie de ce bénéfice en copiant ou s'inspirant des caractéristiques du produit. Ainsi, l'entreprise qui se trouvait initialement dans une sorte de monopole va perdre une partie de ses clients et le surprofit va diminuer jusqu'à disparaître. Notons que ce mécanisme concernant les caractéristiques d'un produit fonctionne également pour la localisation d'un marché. En effet, initialement, le produit proposé peut ne pas se distinguer des autres produits mais pénétrer une localisation géographique spécifique dans laquelle ce produit n'est pas encore disponible (ex : nouvelle épicerie dans une zone où jusque-là ce type de commerce n'était pas disponible). L'entreprise bénéficie d'un surprofit qui attire d'autres épiciers jusqu'à ce que le surprofit disparaisse.

Citation

Sylvain Fontan, “Edward H. Chamberlin : Théorie de la concurrence monopolistique”, décryptage publié sur «leconomiste.eu» le 15/10/2013.