"Les hommes ne voient la nécessité que dans la crise " - Jean MONNET

"Quand un économiste vous répond, on ne comprend plus ce qu’on lui avait demandé " - André GIDE

"Une démocratie peut se rétablir rapidement d'un désastre matériel ou économique, mais quand ses convictions morales faiblissent, il devient facile pour les démagogues et les charlatans de prêcher. Alors tyrannie et oppression passent à l'ordre du jour" - James William FULLBRIGH

"La guerre n'est que la simple continuation de la politique par d'autres moyens" - Carl VON CLAUSEWITZ

"Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur " - Paul VALERY

"Les hommes n'étant pas dotés des mêmes capacités, s'ils sont libres, ils ne sont pas égaux, et s'ils sont égaux, c'est qu'ils ne sont pas libres" - Alexandre SOLJENITSYNE

"Casser l’inflation se fait toujours au détriment de l’emploi" - Nicholas KALDOR

"Prenons le cas de Singapour. […] On dirait un miracle économique. Mais le miracle est moins celui de l’inspiration que celui de la transpiration" - Paul KRUGMAN

"N'acceptez ni les vérités d'évidence, ni les illusions dangereuses" - Maurice ALLAIS

"Moins le risque est grand, plus les spéculateurs fuient" - Maurice ALLAIS

Citation Suivante

Les origines du contre-choc pétrolier

21 mars 2016

Après une période de relative atonie concernant le marché pétrolier dans les années 1990, ce dernier s'est emballé jusqu'à l'éclatement de la crise globale, s'est poursuivi d'une chute en 2008-2009, d'une remontée en 2010-2011, puis d'une stabilisation jusqu'à mi-2014. Les prix du pétrole se sont depuis effondrés sous l'effet combiné de plusieurs facteurs d'origines et d'ampleurs différentes, faisant du contre-choc pétrolier actuel une crise atypique dans sa nature et ses mécanismes sous-jacents.

Description

Le bulletin économique analyse tout d'abord (1) l'évolution du cours du baril de Brent depuis le début des années 1990 jusqu'à nos jours, pour ensuite (2) s'intéresser plus particulièrement aux mécanismes sous-jacents du contre-choc pétrolier actuel, et enfin (3) souligner plus particulièrement les raisons qui poussent les pays producteurs à vouloir inonder le marché.

Contacter L'Economiste pour vous abonner