"Lorsque circulent dans un pays deux monnaies dont l’une est considérée par le public comme bonne et l’autre mauvaise, la mauvaise chasse la bonne" - Sir Thomas GRESHAM

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" - Milton FRIEDMAN

"Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur " - Paul VALERY

"Les hommes ne voient la nécessité que dans la crise " - Jean MONNET

"Les investissements d'aujourd'hui sont les profits de demain et les emplois d'après demain" - Helmut SCHMIDT

"Prenons le cas de Singapour. […] On dirait un miracle économique. Mais le miracle est moins celui de l’inspiration que celui de la transpiration" - Paul KRUGMAN

"Sous le capitalisme, les gens ont davantage de voitures. Sous le socialisme, les gens ont davantage de parkings " - Winston CHURCHILL

"Il est aussi absurde de parler de démocratie ou d'efficacité économique dans une société communiste que d'évoquer un capitalisme sans argent" - Alexandre ZINOVIEV

"Pour être valable toute théorie, quelle qu'elle soit, doit être confirmée, tant dans ses hypothèses que dans ses conséquences, par les données de l'observation" - Maurice ALLAIS

"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" - Jean-Baptiste COLBERT

Citation Suivante

Crise syrienne et intérêts stratégiques

30 janvier 2017

Débutée en 2011, la crise syrienne aura connu des évolutions avec, notamment, un paroxysme diplomatique durant l'été 2013 avec les menaces d'intervention militaire d'une partie de la communauté internationale à l'encontre du régime actuel, l'émergence de l'Etat islamique en Irak et au Levant et la coalition formée à son encontre, et enfin la transmission, larvée ou non, du conflit aux pays voisins et européens via, entre autres, la crise des migrants et les actions terroristes. Au-delà des postures officielles convenues et du caractère tragique de la situation, la crise syrienne renvoie à des enjeux géoéconomiques régionaux et internationaux majeurs où plusieurs aspects s'imbriquent les uns aux autres au confluent de plusieurs oppositions avec une guerre civile, un conflit régional entre monde perse et arabe, un conflit religieux entre sunnites et chiites, des relents de guerre froide et des intérêts géostratégiques liés à l'énergie.

Description

Le bulletin économique présente tout d'abord (1) des éléments historiques d'appréhension de la crise syrienne, puis (2) les facteurs explicatifs initiaux de la révolte, ensuite (3) un état des lieux de la situation économique du pays, pour finalement s'intéresser (4) aux enjeux régionaux, (5) aux blocs d'intérêts constitués autour de la crise syrienne et (6) aux enjeux géoéconomiques sous-jacents.

Contacter L'Economiste pour vous abonner