"L’économie est fille de la sagesse et d’une raison éclairée : elle sait se refuser le superflu, pour se ménager le nécessaire " - Jean-Baptiste SAY

"En politique, ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai " - TALLEYRAND

"Le budget est le squelette de l'État débarrassé de toute idéologie trompeuse" - Joseph SCHUMPETER

"La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts " - Georges CLEMENCEAU

"Détruire la concurrence, c’est tuer l’intelligence" - Frédéric BASTIAT

"La productivité est la mesure du progrès technique" - Jean FOURASTIE

"Un problème politique est un problème économique sans solution" - Georges ELGOZY

"En période de mobilité économique, la souplesse est une condition vitale du plein emploi" - Alfred SAUVY

"Il serait un mauvais économiste celui qui ne serait qu’économiste" - Friedrich HAYEK

"Si la méchanceté des hommes est un argument contre la liberté, elle en est un plus fort encore contre la puissance. Car le despotisme n'est autre chose que la liberté d'un seul ou de quelques-uns contre tous" - Benjamin CONSTANT

Citation Suivante

Coopération internationale et fourniture des biens publics mondiaux

29 février 2016

Les biens publics mondiaux (BPM) se définissent comme l'ensemble des biens (ressources, biens ou services) dont tous les Etats peuvent bénéficier mais qu'ils n'ont pas nécessairement un intérêt individuel à produire. Dans ce cadre, le caractère mondial d'un bien public renvoie à l'idée d'une communauté internationale ayant des biens communs à promouvoir ou à défendre. Dès lors, la fourniture des BPM peut justifier une action collective internationale. La notion de BPM repose sur la transposition au niveau international, du concept de bien public renvoyant, quant à lui, au cadre national. L'émergence récente de la notion de BPM renvoie à l'existence de maux globaux tels que pollution, pandémies, instabilité financière ou encore guerres.
En l'absence d'un pays hégémonique capable de fournir des biens publics mondiaux, la mise en place d'une coopération intergouvernementale est la meilleure solution pour faire face aux maux globaux. En revanche, la question du niveau optimal pour la fourniture de ces biens n'est pas définie. Sous certaines conditions, il apparaît que le cadre régional est un niveau viable malgré certains inconvénients.

Description

La partie théorique du bulletin présente tout d'abord (1) la classification et la typologie des biens publics, ainsi que (2) les concepts de biens publics mondiaux, de défaillances de marché et d'externalités ainsi que (3) l'outil analytique du « dilemme du prisonnier » et (4) de la « tragédie des communs ». Puis, la partie "analyse" souligne tout d'abord (5) la nécessité et la difficulté de passer du cadre national au cadre mondial pour penser les biens publics, ainsi que (6) les enjeux liés. Elle mettra également en avant (7) la nécessité et la difficulté d'une coopération internationale pour fournir les biens publics mondiaux, avant finalement de (8)  faire émerger l'intérêt du cadre régional pour répondre aux besoins liés à la problématique des biens publics mondiaux

Contacter L'Economiste pour vous abonner