"Il serait un mauvais économiste celui qui ne serait qu’économiste" - Friedrich HAYEK

"L’inflation est comme l’alcoolisme. Lorsqu’un homme se livre à une beuverie, le soir même cela lui fait du bien. Ce n’est que le lendemain qu’il se sent mal" - Milton FRIEDMAN

"En période de mobilité économique, la souplesse est une condition vitale du plein emploi" - Alfred SAUVY

"On n’est jamais mieux gouverné que lorsqu’il n’y a pas de gouvernement" - Jean-Baptiste SAY

"L'économie c'est la science du sordide, non de la pureté " - Alfred SAUVY

"Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation" - Thomas JEFFERSON

"Le changement du monde n’est pas seulement création, progrès, il est d’abord et toujours décomposition, crise " - Alain TOURAINE

"La seule cause de la dépression est la prospérité" - Clément JUGLAR

"On ne peut devenir entrepreneur qu’en devenant auparavant débiteur. S’endetter appartient à l’essence de l’entreprise et n’a rien d’anormal" - Joseph SCHUMPETER

"L'offre créée sa propre demande" - Jean-Baptiste SAY

Citation Suivante

40 ans de politiques visant à lutter contre la crise environnementale

13 juillet 2015

Si le déclenchement de la crise globale et ses suites contribuent largement à atténuer l'attention des gouvernements et des populations quant aux problématiques environnementales, il n'en reste pas moins que ces dernières demeurent. En effet, l'évolution des difficultés économiques mondiales depuis maintenant près de dix ans ne s'est pas pour autant traduit par une diminution des manifestations de la crise climatique. Au contraire, les préoccupations internationales se recentrant sur les aspects économiques et de développement, l'intensité du traitement des problématiques écologiques tend à s'amoindrir alors même que ces dernières s'accroissent.

Description

Le bulletin économique présente tout d'abord (1) les grandes manifestations de la crise climatique ; pour ensuite (2) s'intéresser aux politiques internationales développées depuis quarante ans pour faire face à cette crise ; puis (3) se focalise sur la dichotomie existante entre les pays riches et les pays en développement ; et enfin (4) pour s'attacher à tirer le bilan de ces quarante ans de politiques.

Contacter L'Economiste pour vous abonner