"La démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres" - Winston CHURCHILL

"La seule cause de la dépression est la prospérité" - Clément JUGLAR

"Le capitalisme constitue par nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait le devenir. Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme" - Joseph SCHUMPETER

"On ne peut devenir entrepreneur qu’en devenant auparavant débiteur. S’endetter appartient à l’essence de l’entreprise et n’a rien d’anormal" - Joseph SCHUMPETER

"La conquête du superflu donne une excitation spirituelle plus grande que la conquête du nécessaire. L’homme est une création du désir, et pas une création du besoin" - Gaston BACHELARD

"L'étonnante tâche des sciences économiques est de démontrer aux hommes combien en réalité ils en savent peu sur ce qu'ils s'imaginent pouvoir modeler" - Friedrich HAYEK

"On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment " - Cardinal de REITZ

"La communication d’entreprise est une rare petite période heureuse entre deux communications de crise " - Thierry ORSONI

"Le changement du monde n’est pas seulement création, progrès, il est d’abord et toujours décomposition, crise " - Alain TOURAINE

"Mes clients sont libres de choisir la couleur de leur voiture à condition qu’ils la veuillent noire" - Henry FORD

Citation Suivante

Origines et conséquences du marasme économique en Iran

15 juillet 2013

Malgré des atouts certains, l'Iran ne s'est pas adapté aux bouleversements du monde. Les choix politiques et économiques issus de la révolution islamique de 1979 se sont tous avérés délétères, car guidés par des intérêts idéologiques et ceux d'un pouvoir théocratique. L'économie de l'Iran bénéficie toujours d'une importante rente pétrolière permettant l'accumulation de devises, mais ces revenus sont de plus en plus insuffisants pour contrebalancer les fragilités structurelles dont souffre le pays depuis la révolution de 1979, à savoir, entre-autres : économie étatisée et rentière, politiques économiques peu lisibles et rivalités entre les différents centres du pouvoir.

Tous ces dysfonctionnements aboutissent à empêcher la mise en place de réformes structurelles aptes à développer l'économie, ce qui à force de louvoiement, pèse sur la conjoncture économique du pays qui se dégrade rapidement et de façon très marquée. Ainsi, le pays s'oriente clairement vers des risques économiques majeurs.

Description

Le bulletin est formé de deux parties : Dynamique et Analyse

La partie "Dynamique" souligne l'évolution conjoncturelle de l'Iran depuis 10 ans grâce à une analyse graphique originale soulignant les faiblesses du pays ainsi que les risques économiques auxquels le pays est en réalité confronté.

La partie "Analyse" présente les mécanismes qui ont amené l'Iran dans la situation économique qu'elle connait aujourd'hui, à savoir : l'héritage de la révolution islamique de 1979 et les nombreux louvoiements qui s'en sont suivis, un archaïsme étatique et économique, des tentatives de réformes avortées, auxquelles viennent s'ajouter une conjoncture internationale compliquée et des sanctions internationales. 

Contacter L'Economiste pour vous abonner