"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" - Jean-Baptiste COLBERT

"Qui parle sème ; qui écoute récolte " - PYTHAGORE

"En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal" - Nicolas MACHIAVEL

"Le problème avec la réduction des impôts sur le revenu c’est que ça stimule suffisamment l’économie pour que tout le monde rentre dans la tranche supérieure" - Harold COFFIN

"L'humanité n'est pas sortie de l'âge de pierre parce qu'il n'y avait plus de pierres" - Ahmed Zaki YAMANI

"Christophe Colomb fut le premier socialiste. Il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait, et ce aux frais du contribuable." - Winston CHURCHILL

"L'étonnante tâche des sciences économiques est de démontrer aux hommes combien en réalité ils en savent peu sur ce qu'ils s'imaginent pouvoir modeler" - Friedrich HAYEK

"La propriété est un droit antérieur à la loi, puisque la loi n'aurait pour objet que de garantir la propriété" - Frédéric BASTIAT

"Les bonnes questions ne se satisfont pas de réponses faciles" - Paul SAMUELSON

"La politique n'agit sur l'économie que si elle ne prétend pas le faire " - Jacques ATTALI

Citation Suivante

Les origines du contre-choc pétrolier

21 mars 2016

Après une période de relative atonie concernant le marché pétrolier dans les années 1990, ce dernier s'est emballé jusqu'à l'éclatement de la crise globale, s'est poursuivi d'une chute en 2008-2009, d'une remontée en 2010-2011, puis d'une stabilisation jusqu'à mi-2014. Les prix du pétrole se sont depuis effondrés sous l'effet combiné de plusieurs facteurs d'origines et d'ampleurs différentes, faisant du contre-choc pétrolier actuel une crise atypique dans sa nature et ses mécanismes sous-jacents.

Description

Le bulletin économique analyse tout d'abord (1) l'évolution du cours du baril de Brent depuis le début des années 1990 jusqu'à nos jours, pour ensuite (2) s'intéresser plus particulièrement aux mécanismes sous-jacents du contre-choc pétrolier actuel, et enfin (3) souligner plus particulièrement les raisons qui poussent les pays producteurs à vouloir inonder le marché.

Contacter L'Economiste pour vous abonner