"Les profits sont le sang vital du système économique, l’élixir magique sur lequel repose tout progrès. Mais le sang d’une personne peut être le cancer pour une autre " - Paul SAMUELSON

"Mes clients sont libres de choisir la couleur de leur voiture à condition qu’ils la veuillent noire" - Henry FORD

"Moins le risque est grand, plus les spéculateurs fuient" - Maurice ALLAIS

"On ne peut devenir entrepreneur qu’en devenant auparavant débiteur. S’endetter appartient à l’essence de l’entreprise et n’a rien d’anormal" - Joseph SCHUMPETER

"Ce n’est pas l’employeur qui paie les salaires, c’est le client" - Henry FORD

"La seule cause de la dépression est la prospérité" - Clément JUGLAR

"Le problème avec la réduction des impôts sur le revenu c’est que ça stimule suffisamment l’économie pour que tout le monde rentre dans la tranche supérieure" - Harold COFFIN

"Une idée fausse mais claire et précise aura toujours plus de puissance dans le monde qu'une idée vraie mais complexe" - Alexis De TOCQUEVILLE

"Le socialisme est une philosophie de l'échec, le crédo de l'ignorance et l'évangile de l'envie " - Winston CHURCHILL

"La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts " - Georges CLEMENCEAU

Citation Suivante

La théorie du capital humain de Gary Becker

22 février 2016

Né en 1930 aux Etats-Unis, Gary Stanley Becker est un économiste américain néoclassique de l'école libérale de Chicago. Ses travaux les plus connus, pour lesquels il reçoit le prix Nobel d'économie en 1992, portent sur l'élargissement de l'analyse économique à de nouveaux domaines : ceux relatifs aux comportements humains et aux relations humaines. Il donne ainsi naissance à la « théorie du capital humain ». La notion de capital humain désigne l'ensemble des dispositions durables dont l'acquisition et la possession rendent les personnes concernées plus productives dans leurs diverses activités. Ces dispositions s'entendent comme des capacités ou des aptitudes, dont une partie est innée, et l'autre acquise au prix d'investissements humains mobilisant volontairement des dépenses et des efforts personnels (savoir, savoir-faire, expérience, santé, etc.). La notion de capital humain permet notamment de combler des lacunes dans les théories de la croissance économique, de la répartition des revenus ou du commerce international.

Description

Le bulletin développe tout d'abord (1) la théorie du capital humain de Gary Becker, puis (2) les impacts de cette dernière sur la théorie du capital, et enfin (3) soulignent un certain nombre d'éléments de perspectives au regard des éléments précédents.

Contacter L'Economiste pour vous abonner