"Dans une crise, la seule chose prévisible, c’est l’incertitude qui suit " - Isabelle LUSCHEVICI

"Tous les hommes politiques appliquent sans le savoir les recommandations d’économistes souvent morts depuis longtemps et dont ils ignorent le nom " - John Maynard KEYNES

"Tout l’art du bon gouvernement consiste à plumer l’oie de façon à obtenir le maximum de plumes avec le minimum de cris" - Jean-Baptiste COLBERT

"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice." - MONTESQUIEU

"Tout chômage quelconque a uniquement sa cause dans le fait que des changements dans les conditions de la demande ont lieu sans cesse, et que les résistances de frictions empêchent que l’ajustement des salaires appropriés ne s’effectue instantanément" - Arthur Cecil PIGOU

"Beaucoup considère le chef d’entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu le voit comme le cheval tirant la charrue" - Winston CHURCHILL

"Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur " - Paul VALERY

"Je parle de l’esprit du commerce qui s’empare tôt ou tard de chaque nation et qui est incompatible avec la guerre" - Emmanuel KANT

"L'impôt tue l'impôt" - Arthur LAFFER

"On n’est jamais mieux gouverné que lorsqu’il n’y a pas de gouvernement" - Jean-Baptiste SAY

Citation Suivante

La théorie du capital humain de Gary Becker

22 février 2016

Né en 1930 aux Etats-Unis, Gary Stanley Becker est un économiste américain néoclassique de l'école libérale de Chicago. Ses travaux les plus connus, pour lesquels il reçoit le prix Nobel d'économie en 1992, portent sur l'élargissement de l'analyse économique à de nouveaux domaines : ceux relatifs aux comportements humains et aux relations humaines. Il donne ainsi naissance à la « théorie du capital humain ». La notion de capital humain désigne l'ensemble des dispositions durables dont l'acquisition et la possession rendent les personnes concernées plus productives dans leurs diverses activités. Ces dispositions s'entendent comme des capacités ou des aptitudes, dont une partie est innée, et l'autre acquise au prix d'investissements humains mobilisant volontairement des dépenses et des efforts personnels (savoir, savoir-faire, expérience, santé, etc.). La notion de capital humain permet notamment de combler des lacunes dans les théories de la croissance économique, de la répartition des revenus ou du commerce international.

Description

Le bulletin développe tout d'abord (1) la théorie du capital humain de Gary Becker, puis (2) les impacts de cette dernière sur la théorie du capital, et enfin (3) soulignent un certain nombre d'éléments de perspectives au regard des éléments précédents.

Contacter L'Economiste pour vous abonner