"Il [cf. l'économiste] doit étudier le présent à la lumière du passé afin d'éclairer le futur" - John Maynard KEYNES

"Les communistes sont ceux qui ont lu Marx. Les anti-communistes sont ceux qui l'ont compris " - Ronald REAGAN

"Le budget est le squelette de l'État débarrassé de toute idéologie trompeuse" - Joseph SCHUMPETER

"Pour être valable toute théorie, quelle qu'elle soit, doit être confirmée, tant dans ses hypothèses que dans ses conséquences, par les données de l'observation" - Maurice ALLAIS

"Je crains le jour où la technologie dépassera nos relations humaines. Le monde aura une génération d'idiots " - Albert EINSTEIN

"L'étonnante tâche des sciences économiques est de démontrer aux hommes combien en réalité ils en savent peu sur ce qu'ils s'imaginent pouvoir modeler" - Friedrich HAYEK

"Le capitalisme constitue par nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait le devenir. Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme" - Joseph SCHUMPETER

"Un Economiste peut commettre deux erreurs, la première consiste à ne pas calculer et la seconde à croire en ce qu’il a calculé" - Michal KALECKI

"Casser l’inflation se fait toujours au détriment de l’emploi" - Nicholas KALDOR

"J'ai déjà croisé le mensonge, le fieffé mensonge. Mais avec le ministère de l'économie, je découvre le stade ultime: la statistique" - Benjamin DISRAELI

Citation Suivante

Coopération internationale et fourniture des biens publics mondiaux

29 février 2016

Les biens publics mondiaux (BPM) se définissent comme l'ensemble des biens (ressources, biens ou services) dont tous les Etats peuvent bénéficier mais qu'ils n'ont pas nécessairement un intérêt individuel à produire. Dans ce cadre, le caractère mondial d'un bien public renvoie à l'idée d'une communauté internationale ayant des biens communs à promouvoir ou à défendre. Dès lors, la fourniture des BPM peut justifier une action collective internationale. La notion de BPM repose sur la transposition au niveau international, du concept de bien public renvoyant, quant à lui, au cadre national. L'émergence récente de la notion de BPM renvoie à l'existence de maux globaux tels que pollution, pandémies, instabilité financière ou encore guerres.
En l'absence d'un pays hégémonique capable de fournir des biens publics mondiaux, la mise en place d'une coopération intergouvernementale est la meilleure solution pour faire face aux maux globaux. En revanche, la question du niveau optimal pour la fourniture de ces biens n'est pas définie. Sous certaines conditions, il apparaît que le cadre régional est un niveau viable malgré certains inconvénients.

Description

La partie théorique du bulletin présente tout d'abord (1) la classification et la typologie des biens publics, ainsi que (2) les concepts de biens publics mondiaux, de défaillances de marché et d'externalités ainsi que (3) l'outil analytique du « dilemme du prisonnier » et (4) de la « tragédie des communs ». Puis, la partie "analyse" souligne tout d'abord (5) la nécessité et la difficulté de passer du cadre national au cadre mondial pour penser les biens publics, ainsi que (6) les enjeux liés. Elle mettra également en avant (7) la nécessité et la difficulté d'une coopération internationale pour fournir les biens publics mondiaux, avant finalement de (8)  faire émerger l'intérêt du cadre régional pour répondre aux besoins liés à la problématique des biens publics mondiaux

Contacter L'Economiste pour vous abonner