"Vous et moi venons par route ou par rail, mais les économistes voyagent en infrastructures " - Margareth THATCHER

"Les gouvernements ont une vision très sommaire de l’économie. Si ça bouge, ajoute des taxes. Si ça bouge toujours, impose des lois. Si ça s’arrête de bouger, donne des subventions" - Ronald REAGAN

"L'offre créée sa propre demande" - Jean-Baptiste SAY

"En politique, ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai " - TALLEYRAND

"Qui ne peut attaquer le raisonnement, attaque le raisonneur " - Paul VALERY

"La productivité est la mesure du progrès technique" - Jean FOURASTIE

"Il y a deux types de problèmes dans la vie : les problèmes politiques sont insolubles et les problèmes économiques sont incompréhensibles" - Alec DOUGLAS-HOME

"Dans une crise, la seule chose prévisible, c’est l’incertitude qui suit " - Isabelle LUSCHEVICI

"Le socialisme cherche à abattre la richesse, le libéralisme à supprimer la pauvreté " - Winston CHURCHILL

"Les bonnes questions ne se satisfont pas de réponses faciles" - Paul SAMUELSON

Citation Suivante

Approche économique de la guerre

18 mai 2015

En économie, si la guerre représente un coût, elle ne peut être résumée à ce seul aspect. En effet, les mécanismes par lesquels la guerre affecte l'économie ne se limitent pas à l'estimation de son coût pour les secteurs privés ou publics. Dans ce cadre, apprécier l'impact économique de la guerre suppose que soient prises en compte les modifications des paramètres qui président à l'élaboration des choix individuels. Même si elle ne peut se borner à cette seule dimension, l'analyse de la guerre sous l'angle des finances publiques, permet de souligner que la conséquence économique de la guerre renvoie aux notions de risque et d'incertitude.

Description

Le bulletin économique développe une approche économique de la guerre en analysant tout d'abord l'impact économique direct de la guerre, puis l'intégration de la notion de risque en période de guerre, ensuite en effectuant un lien entre la notion de monnaie et les nouvelles du front, pour enfin se focaliser sur les dépenses de guerre en matière d'assurance et de réduction du risque.

Contacter L'Economiste pour vous abonner